Les soins

Remonter d’un niveau

La kinésithérapie
après chirurgie

Lorsqu’il y a eu un curage axillaire la rééducation post opératoire s’avère indispensable dans la stratégie thérapeutique du cancer du sein. Elle permet de retrouver le plus rapidement possible une fonction normale de l’épaule et du membre supérieur.

Elle se place dès la période post opératoire immédiate et doit être continuée si nécessaire à distance de l’intervention.

Immédiatement après l’intervention 

La rééducation sera précoce pour prévenir tout enraidissement de l’épaule et du bras, et accompagnée d’une information sur les précautions à prendre dans la vie quotidienne pour éviter le lymphoedème.

La prévention du lymphoedème repose à la fois sur le respect des précautionset la mobilisation active du bras.    

Cette rééducation sera douce, progressive, privilégiant la rééducation active, manuelle, sans fatigue et sans générer de douleur

Le kinésithérapeute vous indiquera des mouvements de l’épaule et du bras à refaire seule. La reprise des travaux ménagers peut contribuer à cette rééducation dans la mesure où elle est progressive et les gestes faits avec prudence.

En général, une prescription de rééducation du bras et massage de la cicatrice est remise à la sortie d’hospitalisation afin de poursuivre la prise en charge kinésithérapique avec un kinésithérapeute de ville, ceci le plus rapidement possible après la sortie afin d’éviter les séquelles cicatricielles.

Des douleurs ou des troubles de sensibilité peuvent apparaître à la face interne du bras, dus à la section ou l’irritation d’un rameau nerveux (le nerf accessoire du brachial cutané interne) lors du curage.

A ce stade le kinésithérapeute ne fera pas de drainage lymphatique manuel du bras qui pourrait être responsable d’une lymphocèle (petit épanchement de lymphe) axillaire ; seules des manœuvres de drainage « en étoile » de la paroi thoracique antérieure et postérieure peuvent être entreprises.

Après J7 J10

La rééducation s’intensifie, le travail actif s’intéresse aux derniers degrés d’amplitude d’antépulsion (bras à la verticale) et d’abduction (bras écarté sur le côté) du bras.

C’est une rééducation classique.

L’ adhérence cicatricielle liée à l’exérèse de la lame cellulo-adipeuse lors du curage axillaire peut rendre l’élévation du bras douloureuse et entrainer des adhérences entre les différents plans avec  l’apparition de thromboses lymphatiques superficielles à type de fins cordons très douloureux cheminant du creux axillaire le long du bras et faisant saillie sur le bras.

Pour éviter ces adhérences, le massage de la cicatrice doit être débuté à ce stade.

Cette complication représente un obstacle majeur à la récupération de l’amplitude articulaire de l’épaule et nécessite un traitement spécifique avec des étirements actifs et passifs et du drainage digital sur les cordons. Une pommade anti-inflammatoire peut être mise sur ces cordons douloureux et si nécessaire un traitement antalgique avant la séance de rééducation sera prescrit par le médecin traitant.

 Il faut en général un mois pour que le bras monte correctement à la verticale, mais ces séquelles sont très variables et certaines patientes sont très peu gênées.

A distance

Toute apparition de douleur, lourdeur, gonflement du bras ou de la main doit amener à consulter votre médecin traitant qui prescrira un traitement adapté : drainage lymphatique manuel, port d’une contention quand cela est nécessaire.

 

 

 

 


Page modifiée le 04/06/2013 Haut de page Imprimer la page
© 2006-2013 Gustave Roussy - Tous droits réservés | Webmaster | Plan du site | Mentions légales | Réalisé par KerniX & Dircom Gustave Roussy