Infos Cancer

Remonter d’un niveau

Sarcomes

Les sarcomes sont des tumeurs développées aux dépens des tissus dits de soutien, c'est-à-dire de la "charpente" de l'organisme.

Ils peuvent donc se développer dans l'os (ostéosarcomes), les muscles (rhabdomyosarcomes), ou les tissus "conjonctifs" (sarcomes des parties molles).

Par commodité, et aussi parce qu'il est le plus fréquent, nous étudierons dans ce chapitre le sarcome des parties molles.

Épidémiologie et description

Les sarcomes sont des tumeurs rares. Les causes ne sont pas identifiées.

Le sarcome des parties molles regroupe en fait plusieurs sous-types de sarcomes en fonction de la cellule cancéreuse. Il peut s'agir de fibrosarcomes, de liposarcomes (cellules graisseuses), de leiomysarcomes (cellules des muscles lisses), de synovialosarcomes, de l'histocytome fibreux malin.
Par ailleurs, les sarcomes des parties molles touchent préférentiellement les membres inférieurs, puis les membres supérieurs. Plus rarement, les sarcomes des parties molles peuvent toucher le tronc, la partie lombaire, le cou.

Diagnostic

Le sarcome peut se présenter comme une tuméfaction située au niveau du membre supérieur ou inférieur. La douleur peut également être un signe révélateur.

Une imagerie (échographie, scanner) pourra permettre de visualiser une tumeur.

Une IRM, examen clé dans le sarcome, sera alors réalisée. Si l'IRM suspecte un sarcome, alors une biopsie sera réalisée. Celle-ci permettra de prélever un morceau de tumeur.

L'anatomopathologiste analysera le morceau de tumeur et fera le diagnostic de sarcome.

Le bilan d'extension de la tumeur sera également réalisé. Celui-ci évaluera l'extension locale et à distance.

L'IRM est l'examen de référence pour évaluer l'étendue locale du sarcome.

Pour évaluer l'extension de la tumeur à distance, on réalisera un scanner thoracique et/ou abdominal en fonction de la localisation de la tumeur primitive.

Traitement

Le traitement dépendra de la taille de la tumeur, de l'extension locale et à distance. La chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie sont couramment utilisées.

La chirurgie consiste en l'ablation élargie de la tumeur. En effet, une ablation trop limitée expose le patient à une augmentation du risque de rechute locale. Parfois, si la tumeur est étendue ou mal placée, et si sa taille ne peut être réduite, le chirurgien peut être amené à réaliser une amputation.

La radiothérapie est souvent réalisée après la chirurgie pour consolider l'effet de celle-ci.

La chimiothérapie peut être réalisée avant la chirurgie pour faire diminuer la taille de la tumeur, parfois après la chirurgie, ou parfois être la seule modalité de traitement.

Page modifiée le 21/06/2013 Haut de page Imprimer la page
© 2006-2013 Gustave Roussy - Tous droits réservés | Webmaster | Plan du site | Mentions légales | Réalisé par KerniX & Dircom Gustave Roussy