Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Villejuif, le 6 juin 2016

ASCO 2016 
Cancer du poumon : efficacité des combinaisons de thérapies ciblées

Deux communications orales sur les thérapies ciblées dans le poumon sont présentées lors du 52ème congrès ASCO. L’une montrant l’efficacité d’une combinaison de deux thérapies ciblées, le trametinib et le dabrafenib, pour cibler et vaincre les résistances dans le cancer du poumon avec une mutation BRAFV600E et qui a été menée par le Dr David Planchard, pneumo-oncologue du Département de Médecine Oncologique de Gustave Roussy.

L’autre, l’étude ULTIMATE, menée conjointement par les Dr Benjamin Besse, Chef du Comité de Pathologie Thoracique de Gustave Roussy, et Alexis Cortot (pneumooncologue au CHRU de Lille), comparant l’effet d’une chimiothérapie (docetaxel) à l’association d’une chimiothérapie (paclitaxel) et d’une thérapie ciblée anti-angiogénique (bevacizumab). La bithérapie a montré sa supériorité sur la chimiothérapie seule.

Combiner deux thérapies ciblées pour vaincre les résistances

Au-delà de la première ligne de traitement, l’association de deux thérapies ciblées, dabrafenib (inhibiteur de BRAF) et trametinib (inhibiteur de MEK), apparait très efficace chez les patients porteurs d’un cancer du poumon non à petites cellules avec une mutation BRAFV600E (mutation génétique actuellement systématique recherchée sur les plateformes de biologie moléculaire de l’INCa). Telle est la conclusion d’un essai internationale de phase II mené auprès de 57 patients par le Dr David Planchard. Il s’agit de la première étude associant ces deux molécules pour traiter le cancer bronchique. Les résultats montrent que le taux de réponse objective est de 63% avec une survie médiane sans progression de la maladie de 9,7 mois et une durée médiane de réponse de 9 mois.

Par ailleurs, la tolérance apparait bonne et les principaux effets indésirables parfaitement gérables.

Le Dr David Planchard avait précédemment démontré que le dabrafenib (inhibiteur BRAF) en monothérapie permettait d’obtenir un taux de réponse global de 33% chez les patients porteurs d’un cancer bronchique avec mutation BRAF V600E dans une étude présentée à ASCO en 2015 et publiée dans le Lancet Oncology.

L’association ici des deux thérapies ciblées augmente de façon importante le bénéfice clinique et pourrait constituer dans un avenir proche un nouveau standard thérapeutique pour ces patients.

> Lire l'abstract de l'étude : An open-label phase II trial of dabrafenib (D) in combination with trametinib (T) in patients (pts) with previously treated BRAF V600E– mutant advanced non-small cell lung cancer (NSCLC; BRF113928).

ULTIMATE : thérapie ciblée et chimiothérapie versus chimiothérapie seule

L’essai clinique de phase III randomisé ULTIMATE a évalué l’association bevacizumab-paclitaxel (wPB) versus docetaxel, en deuxième ou troisième ligne de traitement, chez des patients atteints d’un cancer du poumon non épidermoïde de stade avancé, résistant à une première ligne de chimiothérapie.

Les résultats de cette étude, menée par le Dr Alexis Cortot, pneumo-oncologue (1er auteur), et le Dr Benjamin Besse, Chef du Comité de Pathologie Thoracique, (dernier auteur), ont montré une supériorité de l’association wPB par rapport à la monothérapie.

Le critère principal de jugement, la survie médiane sans progression, était de 5,4 mois pour les patients ayant reçu le wPB contre 3.9 mois pour le docetaxel seul. Le hasard ratio était à 0,62, ce qui signifie une diminution de 38% du risque de progression.

Le taux de réponse objective était respectivement de 22,5% contre 5,5% avec un profil de tolérance hématologique amélioré pour la bithérapie.

L’ajout de bevacizumab au paclitaxel avait démontré un effet synergique et une augmentation de l’action positive de ce traitement dans différents types de tumeurs.

Les résultats prometteurs de l’essai ULTIMATE font conclure que le wPB devrait être un des traitements de référence dans cette pathologie.

> Lire l'abstract de l'étude : Weekly paclitaxel plus bevacizumab versus docetaxel as second or third-line treatment in advanced non-squamous non-small cell lung cancer (NSCLC): Results from the phase III study IFCT-1103 ULTIMATE.


PDF icon > Télécharger le communiqué en PDF

Catégorie de la page: