Informations pratiques

Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

> Patients Internationaux

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Villejuif, le 5 juin 2016

ASCO 2016
Gustave Roussy expose des résultats prometteurs en oncologie pédiatrique

Pour cette 52ème édition du congrès ASCO, les essais pédiatriques menés à Gustave Roussy sont mis à l’honneur. Les médecins-chercheurs de l’Institut présentent 10 études dans ce secteur particulier dont 5 oraux et 5 posters. Ces travaux de recherche concernent différents traitements en association ou non dans des pathologies variées et contribuent aussi à établir de nouveaux standards de traitement. Gustave Roussy est un des leaders mondiaux dans l’innovation thérapeutique en oncologie pédiatrique. 

L’engagement de l’Institut à guérir plus de patients et à les guérir mieux est illustré notamment par un partenariat public privé dans un essai, promu par Gustave Roussy et présenté par le Dr Véronique Minard-Colin, pédiatre oncologue dans le Département de cancérologie de l’Enfant et de l’Adolescent à Gustave Roussy, visant à améliorer la survie des patients atteints de lymphome de Burkitt avec une thérapie combinant chimiothérapie conventionnelle et immunothérapie. Le Dr Jacques Grill, pédiatre neurooncologue au Département de Cancérologie de l’Enfant et de l’Adolescent de Gustave Roussy, présente un essai de phase I, également promu par l’Institut, sur une combinaison thérapeutique prometteuse associant une chimiothérapie et une thérapie ciblée dans le gliome de bas grade.

Gustave Roussy montre son leadership en matière d’accès à l’innovation des plus jeunes patients atteints de cancer notamment avec trois essais cliniques de phase précoce, menés par le Dr Birgit Geoerger, onco-pédiatre Département de cancérologie de l’Enfant et de l’Adolescent à Gustave Roussy, testant chez l’enfant et l’adolescent pour la première fois des thérapies innovantes ayant fait leurs preuves chez l’adulte. De plus, le Pr Gilles Vassal, Directeur de la Recherche Clinique de Gustave Roussy, présente l’essai AcSé crizotinib pédiatrique, promu par UNICANCER, lors d’une session dédiée à la médecine de précision. Cet essai vise à attribuer aux patients, en fonction du profil génomique de leur tumeur, une thérapie ciblée.

A noter également la participation du Dr Dominique Valteau-Couanet, chef du département de Cancérologie de l’enfant et de l’adolescent de Gustave Roussy, en tant que « discussant » en session plénière. Elle met en perspective et discute les résultats d’un essai mené par un confrère sur la prise en charge du neuroblastome de l’enfant aux États-Unis.

Combinaison prometteuse d’une chimiothérapie et d’une thérapie ciblée dans les lymphomes de Burkitt de stade avancé.

Le Dr Véronique Minard-Colin présente les très bons résultats de l’analyse intermédiaire de l’essai clinique international de phase III randomisé inter-B-NHL ritux 2010. Cet essai académique est promu par Gustave Roussy et mené en partenariat avec le Children Oncology Group (COG), l’European intergroup For Childhood NHL (EICNHL) et les laboratoires Roche.

« On a presque gagné le combat contre cette maladie. Depuis les années 80, nous sommes passés de 30% de guérison à plus de 80% avec la chimiothérapie seule » commente le Dr Catherine Patte, médecin oncologue dans le Département de cancérologie de l’Enfant et de l’Adolescent à Gustave Roussy et investigateur principal de cet essai international. La combinaison testée permet une augmentation de la survie de plus de 10% chez des enfants atteints de leucémie ou de lymphome de Burkitt à un stade avancé.

Le but de cette étude est de comparer les effets du rituximab, un anticorps monoclonal anti-CD20 (exprimé à la surface des cellules tumorales), en association avec la chimiothérapie standard, prescrite pour cette pathologie, à l’effet de la chimiothérapie seule. 310 enfants y ont participé. Les résultats ont montré une réduction du risque d’événements (décès, rechute, progression, second cancer...) de 70 % pour l’association de thérapies par rapport à la chimiothérapie seule.

Les très bons résultats obtenus ont conduit le Comité de surveillance et de suivi à recommander l’arrêt de la randomisation afin de permettre à tous les patients de stades avancés (environ 60% des patients) de bénéficier de l’association rituximabchimiothérapie, qui devient le nouveau standard thérapeutique pour ces patients de moins bon pronostic (ce qui n’est pas le cas pour les patients dits de risque standard dont le taux de guérison est supérieur à 98% sans séquelles tardives avec la chimiothérapie seule). 

> Lire l'abstract de l'étude : Results of the randomized Intergroup trial Inter-B-NHL Ritux 2010 for children and adolescents with high-risk B-cell non-Hodgkin lymphoma (B-NHL) and mature acute leukemia (B-AL): Evaluation of rituximab (R) efficacy in addition to standard LMB chemotherapy (CT) regimen.

Etude Euro-Ewing 99 : sarcomes d’Ewing à haut risque de rechute vers un nouveau standard de traitement

La chimiothérapie est une composante essentielle du traitement des sarcomes d’Ewing, un cancer des os. C’est une tumeur rare qui touche principalement les adolescents et les jeunes adultes. EURO-EWING 99 est une grande étude internationale menée par des groupes de recherche européens. Elle incluait les essais randomisés de phase III R2Loc et R2Pulm dont l’objectif était de comparer une chimiothérapie à haute-dose de Busulfan- Melphalan au traitement conventionnel. L’essai R2Loc évaluait l’efficacité et la toxicité de la chimiothérapie à haute dose sur la survie sans événement et la survie globale de patients atteints d’un sarcome d’Ewing localisé à haut risque de rechute. Après 7 cycles de chimiothérapie identique dans les 2 groupes de patients, ceux-ci étaient traités soit par Busulfan-Melphalan soit par chimiothérapie conventionnelle dites VAI (vincristine, actinomycine D, ifosfamide).

L’association Busulfan-Melphalan montre une réduction importante et significative du risque de rechute et de décès, et un profil de toxicité acceptable si les critères d’éligibilité sont bien respectés. Ainsi, la survie sans rechute a significativement augmenté par l’utilisation du BuMel par rapport à VAI : 67% contre 53% à trois ans, avec une différence qui persiste au-delà de trois ans. La survie globale a également été significativement améliorée par le BuMel : 78% contre 70% à trois ans.

Ces résultats indiquent que le BuMel devrait devenir le nouveau traitement standard pour les patients atteints d’un sarcome d’Ewing localisé à haut risque de rechute ne présentant pas de contre-indication comme la nécessité d’une irradiation de la moelle épinière ou d’un volume important du tube digestif. L’essai R2Pulm s’adressait aux patients atteints d’un sarcome d’Ewing avec métastases pulmonaires isolées (sans autre site de métastases). Après 7 cycles de chimiothérapie identique dans les 2 groupes de patients, ceux-ci étaient traités soit par Busulfan-Melphalan, soit par chimiothérapie conventionnelle suivie d’une radiothérapie pulmonaire. Les résultats ne montrent pas de bénéfice clair en faveur de la chimiothérapie à haute-dose sans radiothérapie pulmonaire par rapport à la chimiothérapie conventionnelle associée à une radiothérapie pulmonaire.

Les investigateurs français de la Société Française des Cancers et Leucémies de l’Enfant (SFCE), du groupe Sarcome d’UNICANCER et du GSF-GETO ont été très associés à la conception de ces essais et ont été les principaux contributeurs à ce programme international auxquels ont participé 477 patients dans 15 pays européens et les Etats-Unis (31 % des patients inclus en France dans R2Loc et R2Pulm).

L’essai était promu en France par UNICANCER, le Dr Odile Oberlin puis Nathalie Gaspar du Département de Cancérologie de l’Enfant et de l’Adolescent, en étaient les coordinateurs pour la France et le Dr Marie Cécile Le Deley, statisticienne pédiatre du Service de Biostatistiques et Epidémiologie, a coordonné le management des données et réalisé les analyses statistiques. Ce programme a bénéficié du soutien en France de La Ligue nationale contre le cancer, de la Fédération Enfants et Santé, et de la SFCE. Le programme EURO-EWING 99 montre la force de la coopération internationale entre l’oncologie pédiatrique et l’oncologie médicale pour conduire de grands essais de stratégie thérapeutique pour les cancers rares des adolescents et des jeunes adultes.

Gustave Roussy est un des leaders internationaux pour la prise en charge des jeunes atteints de cancer et le développement des innovations thérapeutiques. immunothérapies innovantes sont très attendues dans ce contexte.

Dans une autre étude de phase I, le Dr Vincent Ribrag présente les données de sécurité et d’efficacité d’ARGX-110. Cet anticorps cible CD70, un antigène exprimé à la surface de certaines hémopathies malignes (lymphomes T notamment).

Testée chez 9 patients atteints d’un lymphome à cellules T et positifs pour le CD70, cette thérapie montre sa sécurité d’emploi et une activité biologique anti-tumorale avec diminutions des biomarqueurs (clone tumoral circulant).

Ces données supportent le développement clinique d’ARGX-110 dans le lymphome à cellules T. 

> Lire l'abstract de l'article : Efficacy of busulfan-melphalan high dose chemotherapy consolidation (BuMel) in localized high-risk Ewing sarcoma (ES): Results of EURO-EWING 99-R2 randomized trial (EE99R2Loc).

> Lire l'abstract de l'article : Efficacy of busulfan-melphalan high dose chemotherapy consolidation (BuMel) compared to conventional chemotherapy combined with lung irradiation in ewing sarcoma (ES) with primary lung metastases: Results of EURO-EWING 99-R2pulm randomized trial (EE99R2pul).

Essai AcSé crizotinib : rendre accessible une therapie ciblee apres analyse genomique tumorale

Le Pr Gilles Vassal, investigateur principal, présente les résultats observés pour la cohorte pédiatrique de l’essai AcSé crizotinib. Le programme AcSé crizotinib a été conçu pour permettre l’accès au crizotinib, une thérapie ciblée, à des patients, enfants, adolescent ou adultes, atteints d’un cancer en situation d’échec thérapeutique et dont la tumeur présente une altération génétique d’au moins une des cibles du crizotinib (ALK, MET ou ROS1).

Il est promu par UNICANCER et est coordonné scientifiquement par le Pr Gilles Vassal. Il s’agit du premier essai lancé dans le cadre du programme AcSé de l’InCa.

Le portrait moléculaire tumoral de 107 enfants a été réalisé. 18 avaient une tumeur correspondant à l’une des cibles du crizotinib (ALK, ROS ou MET). Parmi les 11 enfants avec une tumeur maligne en échec thérapeutique, âgés de 3 à 16 ans, qui ont participé à l’essai, 5 ont eu une réponse tumorale qui a duré plus de 6 mois.  

> Lire l'abstract de l'article : Crizotinib in children and adolescents with advanced ROS1, MET, or ALK-rearranged cancer: Results of the AcSé phase II trial.

Trois essais cliniques testant pour la premiere fois des therapies innovantes chez l’enfant

Le Dr Birgit Geoerger a participé à trois essais cliniques de phase I testant pour la première fois des thérapies innovantes chez l’enfant ayant fait leur preuve chez l’adulte :

  • Un de phase I/II KEYNOTE-051 mené par le Dr Birgit Geoerger, dans lequel de jeunes patients, atteints de mélanome avancé ou d’un lymphome avancé en rechute ou réfractaire, recevront le pembrolizumab (pembro), un anticorps monoclonal anti PD1. Cette molécule est indiquée chez les patients adultes souffrant d’un mélanome avancé ou de lymphomes et a montré son efficacité anti-tumorale.
    résumé n°TPS10585
  • Un essai de phase I/II testant le nab-paclitaxel, une chimiothérapie, chez de jeunes patients souffrant de tumeurs solides récidivantes ou réfractaires. La dose recommandée testée a montré de bons résultats tant du point de vue de la sécurité d’emploi que de l’activité clinique. Le Pr Gilles Vassal est dernier auteur.
    résumé n°10551
  • Un essai de phase I testant une thérapie ciblée, le régorafenib, chez de jeunes patients atteints tumeurs solides récidivantes ou réfractaires. Les résultats démontrent une bonne tolérance de la molécule à la dose testée recommandée. résumé n°10542 Dans une quatrième étude de phase II c’est l’association de bévacizumab à une chimiothérapie chez des enfants atteints de rhabdomyosarcome métastatique ou de sarcome des tissus mous non rhabdomyosarcome qui a montré un profil de toxicité acceptable et une amélioration de la réponse mais pas de la survie sans progression.
    résumé n°11054

Dans une quatrième étude de phase II c’est l’association de bévacizumab à une chimiothérapie chez des enfants atteints de rhabdomyosarcome métastatique ou de sarcome des tissus mous non rhabdomyosarcome qui a montré un profil de toxicité acceptable et une amélioration de la réponse mais pas de la survie sans progression.
résumé n°11054

Etude VINILO combinant la vinblastine et le nilotinib dans le gliome de bas grade

Dans un essai clinique de phase I, le Dr Jacques Grill, pédiatre neurooncologue au Département de Cancérologie de l’Enfant et de l’Adolescent de Gustave Roussy, a étudié l’effet et la toxicité d’un traitement associant une thérapie ciblée, le nilotinib, à une chimiothérapie, la vinblastine (VINILO), chez 35 jeunes patients atteints d’un gliome de bas grade en rechute après traitement conventionnel. Le but de cet essai clinique était de définir les doses d’utilisation du VINILO pour un essai de phase II ultérieur. Le gliome de bas grade est le cancer du cerveau le plus fréquent chez les enfants. Les rechutes sont fréquentes. VINILO est un essai thérapeutique européen promu par Gustave Roussy. Les réponses durables observées et la bonne tolérance du traitement justifient la poursuite de son évaluation dans un essai comparatif qui commencera durant l’été et sera étendu dans d’autres pays européens.

> Lire l'abstract de l'étude : Dose-finding study of vinblastine in combination with nilotinib in children, adolescents and young adults with refractory or recurrent low-grade glioma: Results of the ITCC/SIOPE-Brain VINILO phase I trial (NCT01887522).

PDF icon> Télécharger le communiqué en PDF

 

 

Catégorie de la page: