Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Soins de support

Nutrition

Titre de l'étude: 
NEPHA Etude prospective, randomisée, multicentrique, comparant la Nutrition Entérale et la nutrition Parentérale comme support nutritionnel chez des malades atteints d'Hémopathie maligne traités par Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques.
Numéro de l'étude: 
CSET 1995
Médecin investigateur: 
Dr Bruno RAYNARD
Indication: 

Nutrition - Malades atteints d'Hémopathie maligne traités par Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Description: 

Une perte de poids de plus de 10% du poids habituel est maintenant reconnue comme un facteur influençant le pronostic des patients après une greffe de moelle. La prise en charge nutritionnelle au cours de la greffe de moelle doit donc être précoce et optimale. Après la greffe, les patients restent hospitalisés en isolement pendant plusieurs semaines, et leur alimentation est souvent difficile en raison de l’isolement, de la fatigue, des nausées, de la diarrhée, de la mucite, et du régime stérile peu varié. Il est souvent nécessaire de recourir à un support nutritionnel artificiel, entéral (par sonde nasogastrique) ou parentéral (par cathéter veineux central). La nutrition entérale est réputée être mal tolérée sur le plan digestif (vomissements, diarrhée) mais la nutrition parentérale peut être associée à un risque infectieux plus élevé. L’équipe du CHRU de Lille a publié son expérience de la nutrition entérale dans ce contexte et a pu montrer qu’elle était bien tolérée et pouvait influencer favorablement le pronostic, probablement en limitant la survenue de réaction du greffon contre l’hôte. Il était donc nécessaire de proposer une étude contrôlée randomisée comparant la nutrition entérale à la nutrition parentérale après allogreffe de moelle à conditionnement myélo-ablatif. Ces deux techniques de nutrition seront adaptées au poids de chaque patient et à ce qu’il mange. L’adaptation sera quotidienne. L’objectif principal de cette étude est de montrée une réduction du nombre de décès 100 jours après la greffe avec la nutrition entérale. Les autres objectifs sont la réduction du taux de réaction du greffon contre l’hôte et du taux d’infection avec la nutrition entérale. La tolérance des deux techniques (diarrhée, vomissements) sera aussi évaluée. Cette étude peut modifier radicalement les pratiques nutritionnelles après greffe de moelle. Elle permet ainsi d’envisager une meilleure récupération nutritionnelle des patients après greffe et donc une meilleure qualité de vie. La perspective d’une réduction du taux de réaction du greffon contre l’hôte est aussi un point majeur car il s’agit d’une complication grave de la greffe nécessitant le recours souvent prolongé aux immuno-suppresseurs. Une meilleure prise en charge nutritionnelle pourrait donc par ce biais limiter encore le risque infectieux et améliorer le pronostic des patients après greffe.