Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers hématologiques

Aspergillose pulmonaire invasive

Titre de l'étude: 
OPTIFIL P150916 - OPTIFIL Optimisation du suivi des antifongiques dans l'aspergillose pulmonaire invasive à l'aide du PET/TDM.
Numéro de l'étude: 
CSET 2560
Médecin investigateur: 
Dr Florence PASQUIER
Indication: 
  • Aspergillose pulmonaire invasive
  • Leucémies
  • Lymphomes
  • Myélomes
Description: 

L’aspergillose pulmonaire invasive (API) est la 3ème infection fongique invasive la plus fréquente en France. Elle est responsable d’un taux de mortalité important, avoisinant les 40%. L’API touche en particulier les sujets immunodéprimés. Les patients suivis pour une hémopathie maligne, en particulier lorsqu’ils sont atteints  d’une leucémie aiguë ou ont bénéficié d’une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques, représentent une population à fort risque d’API.

Le traitement de cette infection repose sur la prise d’un antifongique jusqu’à la stabilisation ou la disparition des lésions au scanner thoracique, ce qui correspond généralement à une durée minimum de 12 semaines de traitement. Cette administration prolongée pose d’importants problèmes de toxicité à long terme. Des résultats préliminaires suggèrent qu’un examen d’imagerie fonctionnelle, le TEP-scanner (tomographie à émission de positrons) couplé au 18F-FDG (2-désoxy-2-[fluorine-18] fluoro- D-glucose), pourrait permettre d’évaluer la réponse au traitement antifongique de façon plus précoce que le scanner classique, ce qui permettrait d’en diminuer la durée et donc les effets secondaires.

L’essai Optifil a pour objectif d’évaluer l’intérêt du TEP-scanner après 6 semaines de traitement antifongique chez des patients atteints d’API et suivis pour une hémopathie maligne. Si cette étude est concluante elle pourrait permettre à terme de réduire drastiquement la durée exposition à ces médicaments et leur toxicité.