Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers digestifs

Tumeurs neuroendocrines peu différenciées avancées, inopérables

Titre de l'étude: 
BEVANEC - PRODIGE 41 Evaluation de l'efficacité du bevacizumab associé à du Folfiri en 2ème ligne après échec de l'association cisplatine (ou carboplatine) - étoposide chez des patients atteints d'un carcinome neuroendocrine peu différencié, de primitif gastro-entéro-pancréatique ou inconnu avancé inopérable. Etude de phase II randomisée non comparative.
Numéro de l'étude: 
CSET 2598
Médecin investigateur: 
Dr David MALKA
Indication: 
Tumeurs neuroendocrines
Description: 

Le bévacizumab est un anticorps anti-angiogénique, c’est-à-dire qu’il inhibe l’irrigation sanguine des tumeurs et facilite la diffusion intra-tumorale de la chimiothérapie. Il a démontré son efficacité en association à la chimiothérapie dans divers cancers avancés, dont le cancer colorectal. Ce médicament est commercialisé en France depuis plus de 10 ans. Son profil de tolérance est bien connu.

L’intérêt potentiel des anti-angiogéniques dans les tumeurs neuroendocrines a été suggéré par plusieurs études préliminaires aux résultats encourageants.

Cette étude évalue l’apport de l’adjonction du bevacizumab (administré en une perfusion intraveineuse de 30 à 90 mn le même jour que la chimiothérapie) à une chimiothérapie intraveineuse bimensuelle selon le schéma FOLFIRI chez des patients adultes atteints d'un carcinome neuroendocrine peu différencié en 2e ligne, après échec de la chimiothérapie de référence en 1re ligne (étoposide-cisplatine).

L'affectation à l'un des deux groupes de traitement se fera au hasard (ni vous ni votre médecin ne pourrez choisir le traitement que vous recevrez) et vous aurez les mêmes probabilités de recevoir chacun des deux traitements.

Environ 20 centres français participeront à cet essai clinique au sein du réseau RENATEN (REseau NAtional des Tumeurs ENdocrines). Un total de 124 patients sera inclus.