Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers urologiques

Cancer urothélial localement avancé ou métastatique

Titre de l'étude: 
SGN22E-001 EV-201 Étude multicentrique, ouverte, à un seul groupe, évaluant l'enfortumab vedotin (ASG- 22CE) dans le traitement des patients présentant un cancer urothélial localement avancé ou métastatique ayant reçu précédemment un traitement par inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (CPI, checkpoint inhibitor).
Numéro de l'étude: 
CSET 2745
Médecin investigateur: 
Dr Yohann LORIOT
Indication: 
Cancer de la vessie
Description: 

Les cancers des voies urinaires (cancer de la vessie et des uretères) se traitent principalement avec de la chimiothérapie en cas de métastases. Si celle-ci n’est pas suffisamment efficace, une immunothérapie peut être utilisée. Cependant, tous les patients ne sont pas sensibles aux immunothérapies. Dans cette situation, les solutions manquent parfois.

Une possibilité est d’être traité avec l’enfortumab qui constitue une nouvelle classe de médicaments que nous appelons anticorps conjugués.
Le principe est le suivant : une molécule X (un anticorps) est injectée au patient et reconnait spécifiquement les cellules tumorales. A la molécule X, nous avons lié une molécule Y qui est une chimiothérapie. Par conséquent, la molécule A dépose directement une molécule de chimiothérapie au sein des cellules tumorales (cheval de Troie).


L’enfortumab est actuellement évalué dans le cancer des voies urinaires. L’essai propose aux patients préalablement traités par chimiothérapie et immunothérapie de recevoir des injections intraveineuses de l’enfortumab toutes les semaines en hôpital de jour. Il s’agit d’une étude de phase 2. Tous les patients sont donc traités avec l’enfortumab.