Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers du sein

Dépistage cancers du sein

Titre de l'étude: 
MyPeBS Etude internationale randomisée comparant, chez les femmes âgées de 40 à 70 ans, un dépistage personnalisé en fonction du risque individuel de développer un cancer du sein, au dépistage standard
Numéro de l'étude: 
CSET 2789
Médecin investigateur: 
Dr Corinne BALLEYGUIER
Indication: 
Sein
Description: 

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes occidentales. Le dépistage du cancer du sein a pour but de détecter le plus tôt possible un éventuel cancer, car le traitement est en principe plus léger et les chances de guérison plus importantes quand le cancer est diagnostiqué à un stade plus précoce.

Actuellement en France, le dépistage organisé du cancer du sein concerne les femmes de 50 à 74 ans, qui sont invitées à passer une mammographie tous les 2 ans. Ce dépistage a été démontré comme évitant environ un décès par cancer du sein sur 5, mais il a également ses limites: sensibilité imparfaite, nombreuses mammographies inutiles, risques de faux positifs (images dépistées nécessitant des examens en plus ou une biopsie et qui ne sont pas des cancers au final) ou de surdiagnostic (diagnostic de cancers du sein qui n'auraient jamais évolué pour menacer la vie de la personne si on ne les avait pas diagnostiqués).

Il est nécessaire d'améliorer le dépistage pour le rendre plus efficace et permettre un meilleur rapport bénéfice-risque.

L'étude MyPeBS évalue si un dépistage du cancer du sein utilisant également la mammographie, mais basé sur le risque individuel de cancer du sein, est plus efficace tout en diminuant les risques de faux positifs et de surdiagnostic (effets collatéraux) du dépistage classique.

85000 femmes de 40 à 70 ans acceptant de participer à l'étude durant 4 ans, seront tirées au sort dans 5 pays d'Europe pour soit poursuivre le dépistage standard, soit avoir une estimation de leur risque individuel de cancer dans les années à venir (utilisant les antécédents de la personne, la densité de ses seins en mammographie et un test génétique fait sur la salive) et un dépistage basé sur ce risque. Dans ce second groupe, certaines femmes n'auront pas besoin de mammographie pendant 4 ans, d'autres auront une mammographie tous les deux ans, ou encore tous les ans, voire des IRM annuelles en plus en cas de risque très élevé.
L'objectif principal est d'évaluer si un tel dépistage est aussi ou plus efficace qu'un dépistage standard pour réduire la survenue de cancers du sein de stade 2 et plus.
Les femmes sont vues une fois dans le centre pour l'inclusion. Si elles sont dans le bras "dépistage selon le risque individuel" elles doivent revenir une seconde fois pour leur résultat d'estimation du risque, incluant le test génétique. Ensuite, il sera demandé aux femmes participantes de remplir annuellement un questionnaire en ligne pendant 4 ans. Nous évaluerons leur satisfaction quant aux deux modalités de dépistage, leur compréhension des informations, l'anxiété avec l'un ou l'autre mode de dépistage, mais aussi les couts respectifs des deux modalités.

MyPeBS est une étude conduite par la France, en France et dans 4 autres pays; elle est financée par l'Union Européenne