Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers du sein

Cancer du sein localement avancé ou métastatique avec récepteurs oestrogènes positifs et HER2 négatif, ayant reçu des traitements hormonaux antérieurs

Titre de l'étude: 
ACT16105 Etude de phase 2 randomisée en ouvert évaluant le SAR439859 versus une hormonothérapie en monothérapie au choix du médecin chez des patientes pré-ménopausées et ménopausées atteintes d'un cancer du sein localement avancé ou métastatique avec récepteurs oestrogènes positifs et HER2 négatif, ayant reçu des traitements hormonaux antérieurs
Numéro de l'étude: 
CSET 2958
Médecin investigateur: 
Dr Suzette DELALOGE
Indication: 

Sénologie - Cancer du sein avec récepteurs œstrogène posistifs

Description: 

Les hormonothérapies sont un traitement majeur des cancers du sein exprimant les récepteurs aux oestrogènes. Parfois, en situation de maladie avancées, ces cancers développent des résistances aux hormonothérapies standard (Tamoxifène et anti-aromatase). De nouvelles hormonothérapies anti-oestrogènes se développent qui sont plus spécifiques et théoriquement extrèmement efficaces même en cas de résistance antérieure.

Cette étude vise à évaluer si un nouvel anti-oestrogène qui est un dégradeur du récepteur aux oestrogènes très puissant, administré par voie orale, est aussi ou plus efficace qu’une hormonothérapie conventionnelle, pour le traitement de femmes qui ont un cancer du sein qui exprime les récepteurs hormonaux mais pas le HER2, en situation avancée ou métastatique.
L’étude évalue également comment ce nouveau médicament est toléré, ainsi que la qualité de vie avec chacun de ces traitements. Enfin, il y a des prises de sang après les administrations pour évaluer la circulation et l’élimination de ce médicament (« pharmacocinétique »).

Les femmes participantes seront tirées au sort pour recevoir :

  • soit ce médicament administré par voie orale (4 capsules par jour en une fois),
  • soit un traitement anti-hormonal classique, tamoxifène, ou anti-aromatase (letrozole, anastrozole, exemestane) administré par voie orale, ou enfin Fulvestrant, administré par voie intramusculaire

282 femmes sont attendues dans l’étude.