Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers de la thyroïde et autres tumeurs neuro-endocrines

Traitement des tumeurs neuroendocrines digestives

Titre de l'étude: 
NETTER-2 Étude multicentrique, randomisée, ouverte, de phase III visant à évaluer l'efficacité et la sécurité de Lutathera chez des patients présentant des TNE-GEP avancées de grade 2 et de grade 3
Numéro de l'étude: 
CSET 2992
Médecin investigateur: 
Dr Eric BAUDIN
Indication: 
tumeur neuroendocrine digestive
Description: 

L’étude NETTER-2 est un essai thérapeutique randomisé ( par tirage au sort ) de phase III comparant le Lutathera (radiothérapie vectorisée) à l’hormonothérapie forte dose chez les patients, de 15 ans ou plus,  atteints d’une tumeur neuroendocrine digestive, métastatique, d’index de prolifération intermédiaire ou élevé ( dit de  Grade 2 ou Grade 3), non préalablement traité médicalement.

Les patients seront traités en première ligne soit :

1/par le Lutathera administré en intraveineux : quatre fois à 8 semaines d’intervalle soit 24 semaines de traitement

2/ par l’octréotide 60mg par mois en intramusculaire mensuel en continue

Les patients seront surveillés par les médecins investigateurs par interrogatoire, examen clinique, électrocardiogramme,  prise de sang, scanner et ou imagerie par résonnance.

L’objectif est de montrer que le Lutathera permet une stabilisation de la tumeur plus prolongée que l’hormonothérapie. La sécurité du traitement, la fréquence des diminutions du volume tumoral, la durée des réponses tumorales, la qualité de vie et les évènements vitaux seront également surveillés.

Les critères d’inclusion vérifieront également que les sites tumoraux fixent significativement à l’imagerie des récepteurs de la somatostatine, que le patient n’a pas reçu préalablement d’autre traitement médical, que l’état général du patient et ces paramètres biologiques sont corrects et que la tumeur peut être mesurée.