Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Essais précoces

Essai précoce Tumeurs solides

Titre de l'étude: 
MATINS Étude de phase I/II menée en ouvert, en trois parties, de détermination de la dose et d'expansion de cohortes distinctes visant à évaluer la sécurité, la tolérance et l'efficacité préliminaire de doses répétées du FP-1305, un anticorps anti-CLEVER-1, chez des patients atteints de tumeurs solides avancées.
Numéro de l'étude: 
CSET 3094
Médecin investigateur: 
Pr Christophe MASSARD
Indication: 
Tumeurs solides
Description: 

Étude d’immunothérapie de phase I/II menée en ouvert, en trois parties, de détermination de la dose et d’expansion de cohortes distinctes visant à évaluer la sécurité, la tolérance et l’efficacité préliminaire de doses répétées du FP-1305, un anticorps anti-CLEVER-1, chez des patients atteints de tumeurs solides avancées

L’hypothèse est qu’en bloquant la protéine CLEVER-1 (common lymphatic endothelial and vascular endothelial receptor-1, récepteur commun endothélial vasculaire et endothélial lymphatique de type 1) avec le FP-1305, le système immunitaire est réactivé pour éradiquer les cellules tumorales. Il s’agit d’une étude réalisée pour la première fois chez l’humain pour tester la sécurité, la tolérance et l’efficacité préliminaire du FP-1305 dans les tumeurs solides avancées. L’étude est réalisée en trois parties.

La partie I réalisera une escalade de dose à des niveaux de dose prédéterminés, dans le but de déterminer la dose maximale tolérée (DMT).

La partie II testera la ou les doses sélectionnées de la partie I dans des cohortes distinctes de types de tumeurs prédéfinis.

La partie III élargira les cohortes de la partie II démontrant des signes d’efficacité.

Les patients atteints de tumeurs hépatobiliaires avancées (y compris le carcinome hépatocellulaire [CHC], le cancer de la vésicule biliaire, le cholangiocarcinome intra et extrahépatique), l’adénocarcinome canalaire pancréatique, l’adénocarcinome colorectal, l’adénocarcinome colorectal, l’adénocarcinome ovarien séreux mal différencié (grade 3) ou le cancer de l’ovaire non différencié, le mélanome et mélanome uvéal, cancer gastrique et cancer du sein ER positif peuvent participer à l’étude.