Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers du poumon - cancers thoraciques

Traitement de cancers bronchiques non à petites cellules

Titre de l'étude: 
GO41854 Skyscraper 03 : Etude de phase III, randomisée, en ouvert, évaluant le traitement par atezolizumab et tiragolumab versus Durvalumab chez les patients atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules de stade III localement avancé , non résécable et n'ayant pas progressé après une chimiothérapie concomitante à base de platine.
Numéro de l'étude: 
CSET 3148
Médecin investigateur: 
Dr David PLANCHARD
Indication: 
Cancer bronchique NPC
Description: 

L’objectif de cette étude est d’évaluer l’efficacité de l’association d’une double immunothérapie, le tiragolumab (anticorps anti-TIGIT), associé à l’atézolizumab (anticorps anti-PD-L1) par rapport à une mono-immunothérapie standard (Validée dans cette indication), le durvalumab (anticorps anti-PD-L1) chez des patients porteurs d’un cancer du poumon non à petites cellules de stade III localement avancé, non opérable et n’ayant pas progressé après une chimioradiothérapie. L'atézolizumab est un anticorps monoclonal, anti- PD-L1, qui empêche le blocage de la réponse immunitaire et permet de réactiver la réponse immunitaire antitumorale. Il est actuellement validé pour être associé à la chimiothérapie en 1ere ligne pour traiter les cancers du poumon ou seul en 2ème ligne. Le tiragolumab est un anticorps monoclonal qui vise une protéine dont la présence est fortement liée à celles d’autres molécules (comme PD-1) dont on connait bien l’implication dans le cancer du poumon. Lorsqu’il est activé, PD1 empêche les cellules T d’attaquer les cellules cancéreuses. Bloquer ces protéines permet donc de réactiver le système immunitaire contre les cellules cancéreuses. Les patients seront répartis de façon aléatoire après la chimioradiothérapie en 2 groupes (un groupe avec l’association testée atezolizumab + anti-TIGIT et un groupe avec l’immunothérapie standard avec l’anti PD-L1 durvalumab). Il s’agira d’un traitement sous forme d’une perfusion intraveineuse toutes les 4 semaines pour la bithérapie et tous les 15 jours pour le traitement standard par durvalumab et cela durant 1an maximum. L'efficacité sera évaluée par un scanner toutes les 8 à 12 semaines