Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Essais précoces

Essais Précoces Cancer du sein

Titre de l'étude: 
H3B-6545-A001-101 Essai de Phase I-II multicentrique en ouvert sur l'H3B-6545, un antagoniste covalent du récepteur alpha de l'oestrogène chez des femmes ayant un cancer du sein avec des récepteurs aux oestrogènes positifs, HER2-négatif, localement avancé ou métastatique.
Numéro de l'étude: 
CSET 3183
Médecin investigateur: 
Dr Arthur GERAUD
Indication: 
Cancer du sein RH +
Description: 

Environ 70 % des cancers du sein expriment des récepteurs alpha de l'œstrogène (ERα), celui est un facteur de transcription régulé par les hormones et impliqué dans la prolifération et la croissance tumorale.  De nombreuses thérapies ont été développé pour antagoniser ce dernier notamment chez les femmes ayant un cancer du sein avec des récepteurs aux estrogènes positifs en pré et en post-ménopause.

Cependant, plusieurs mécanismes de résistance aux antagonistes des récepteurs ERα ont été identifié. Parmi ces derniers, les mutations du récepteur aux œstrogène 1 (ESR1) Y537S et ou D538G qui sont retrouvées dans 30% des cas.  Elles lui confèrent une activation indépendante de la liaison à l’œstrogène en faisant ainsi un marqueur de mauvais pronostic.

L’H3B-6545 un antagoniste covalent de première classe administré par voie oral qui mobilise de manière irréversible les récepteurs ERα. Il a montré en préclinique une activité anti-tumorale dans les modèles de cancer du sein porteurs de mutations Y537S homozygotes ou hétérozygotes.
La partie 1a de l’étude H3B-6545 a montré des données intéressantes chez les patientes ayant un cancer du sein localement avancé ou métastatique avec des récepteurs aux estrogènes positifs (RE+), HER2-négatif. Aucune toxicité limitant la dose (DLT) n'a été observée à des doses allant jusqu'à 450 mg et 2 DLT ont été observées chez 2 patientes (fatigue de Grade 3 et toxidermie de Grade 3) dans la cohorte de 600 mg. Par conséquent, la dose de 450 mg a été sélectionnée comme la dose recommandée de la Phase 2 (RP2D).

Parmi les patientes ayant déjà participé à l’étude avec une dose de 450 mg, 9 d'entre elles avaient des mutations ESR1 -Y537S dans l'ADN sans cellules (ADNlc) avec une fraction de l'allèle ≥0,5 % (et sans D538G concomitante).
L’objectif de cette nouvelle partie 2 est de mieux caractériser l’efficacité de l’H3B-6545 dans cette population en incluant 14-18 patientes atteintes d’un cancer du sein localement avancé ou métastatique avec des RE+, HER2-négatif présentant une notamment d’ESR1 LY537S (fréquence allélique ≥ 0.5%) et en l’absence de la mutation ESR1 D538G (fréquence allélique ≥ 0.5%).