Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers gynécologiques

Thérapies ciblées des tumeurs ovariennes épithéliales rares persistantes ou en rechute

Titre de l'étude: 
WO42178 / ENGOT-GYN2 / GOG-3051 BOUQUET Etude de phase II, en ouvert, multicentrique, évaluant l'efficacité et la tolérance de thérapies proposées en fonction des résultats de biomarqueurs chez des patientes atteintes de tumeurs ovariennes épithéliales rares persistantes ou en rechute
Numéro de l'étude: 
CSET 3323
Médecin investigateur: 
Dr Patricia PAUTIER
Indication: 
Cancer de l’ovaire
Description: 

1-    BOUQUET : Etude de phase II, en ouvert, multicentrique, évaluant l'efficacité et la tolérance de thérapies proposées en fonction des résultats de biomarqueurs chez des patientes atteintes de tumeurs ovariennes épithéliales rares persistantes ou en rechute

2-    Descriptif : Il s’agit d’une étude de phase II  qui étude différentes thérapies ciblées en fonction des anomalies des gènes sur voter tumeur.

L’essai est réservé aux patientes qui présentent une tumeur rare de l’ovaire pour lesquelles il y a peu d’accès à des thérapeutiques innovantes.

Ces tumeurs présentent assez souvent des anomalies de certaines voies de la régulation de la cancérogénèse qui peuvent donner accès à des traitements potentiellement actifs dans votre maladie.

La première étape est de rechercher une anomalie de ces gènes sur la tumeur qui a été prélevée  au diagnostic ou quand vous avez été opérée de votre maladie.

S’il existe une anomalie qui est ciblable par une des molécules dans l’essai thérapeutique que l’on vous propose, vous pourrez recevoir ce médicament ou une association de médicaments selon l’anomalie.

Si on ne retrouve pas d’anomalie, on vous proposera de recevoir une association d’une immunothérapie et d’un médicament antiangiogénique potentiellement efficace même en l’absence d’anomalie d’un de ces gènes.