Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Essais précoces

Essais Précoces Cancers ovaire, sein, ORL, bronchique, prostate et vessie

Titre de l'étude: 
INCB106385-102 Étude de phase 1, en ouvert, multicentrique, évaluant l'INCB106385 en monothérapie ou en association avec une immunothérapie chez des participants atteints de tumeurs solides avancées.
Numéro de l'étude: 
CSET 3327
Médecin investigateur: 
Dr Yohan LORIOT
Indication: 
  • Cancer ovaire
  • Cancer du sein triple (-)
  • Cancer oropharynx
  • Cancer cavité buccale
  • Cancer hypopharynx larynx
  • Cancer nasopharynx
  • Cancer bronchique PC
  • Cancer bronchique NPC
  • Cancer de la prostate
  • Cancer de la vessie
Description: 

L’essai INCB106385-102 est une étude visant à évaluer une nouvelle immunothérapie chez des patients atteints de cancer solide avec métastases.  Les patients éligibles sont les patients atteints de cancers épidermoïdes de la tête et du cou (CETC), de cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC), de  cancer de l’ovaire, de cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC), de cancer du sein triple négatif (CSTN) et de  cancer de la vessie. Certains patients devront avoir été traités au préalable avec une immunothérapie standard (par exemple, nivolumab, pembrolizumab, atézolizumab).

L’immunothérapie évaluée au cours de cette étude s’appelle INCB106385  administrée seule  (par voie orale) ou en combinaison avec NCMGA00012 (administrée par voie intraveineuse). Plusieurs doses seront évaluées. Des biopsies obligatoires sont prévues pour identifier les patients chez qui l’immunothérapie serait la plus efficace.

Tous les patients doivent avoir été traités au préalable avec de la chimiothérapie. Celle-ci est combinée à plusieurs autres traitements. Tous les patients reçoivent l’immunothérapie et un tirage au sort attribue une combinaison au patient. L’immunothérapie s’injecte par voie intra-veineuse en hôpital de jour toutes les trois semaines. L’objectif est d’améliorer le nombre de patients chez qui une diminution des lésions est observée