Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers urologiques

ARV-110- mCRPC-103 : Étude clinique de phase 1b en ouvert visant à évaluer la sécurité d'emploi, la tolérance et la pharmacocinétique de l'ARV-110 en association avec l'abiratérone chez des patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique

Titre de l'étude: 
ARV-110- mCRPC-103 : Étude clinique de phase 1b en ouvert visant à évaluer la sécurité d'emploi, la tolérance et la pharmacocinétique de l'ARV-110 en association avec l'abiratérone chez des patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique
Numéro de l'étude: 
CSET 3470
Médecin investigateur: 
Pr Karim FIZAZI
Indication: 
Cancer de la prostate
Description: 

Le cancer de la prostate est très souvent sensible aux hormones masculines (les androgènes). C’est pour cette raison que l’hormonothérapie utilisée pour traiter ce cancer cherche à empêcher la fabrication des hormones masculines ou à empêcher leur fixation sur le « récepteur des androgènes » situé dans les cellules cancéreuses.

De plus en plus nous cherchons à attaquer les cellules cancéreuses par plusieurs médicaments en même temps : depuis une dizaine d’année par exemple en associant les piqûres (« agonistes ou antagonistes de la LHRH ») qui empêchent la fabrication des hormones masculines par les testicules à un médicament utilisé sous forme de comprimés, l’abiratérone, qui empêche la fabrication des androgènes par d’autres cellules.

Dans cette étude, nous chercherons à ajouter un 3e médicament, appelé ARV-110, également donné sous forme de comprimés, qui cherche à forcer les cellules cancéreuses à se débarrasser du récepteur des androgènes.

Ce 3e médicament a déjà été utilisé seul chez des patients en échec des traitements habituels du cancer de la prostate et il a montré une efficacité prometteuse.

Nous espérons que son utilisation plus précoce, en association aux injections d’hormonothérapie et de l’abiraterone apportera encore plus d’efficacité.