Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Division cellulaire et stabilité génomique

Responsable
Dr Olivier Gavet

Contact
Tél.: +33 (0)1 42 11 62 25

Envoyer un e-mail
Frise de présentation (bandeau): 
Division cellulaire et stabilité génomique

Equipe Division cellulaire et stabilité génomique

Cette équipe est rattachée à l’UMR 8200 Stabilité génétique et oncogenèse.

Une caractéristique récurrente des cellules tumorales est la présence d’anomalies génétiques dont l’accumulation est fortement corrélée à l’ "agressivité" de la maladie. Notre laboratoire a pour objectif d’identifier les mécanismes moléculaires qui de manière reproductible contrôlent le timing précis de l’entrée en mitose au cours de chaque cycle cellulaire, permettant ainsi le maintien de l’intégrité génétique.

Les cellules en prolifération sont confrontées au cours de la réplication à des régions intrinsèquement difficiles à répliquer, au bloquage de fourches ou à la genèse spontanée d’erreurs de réplication. La correction de ces anomalies au cours des phases S et G2 précédant la division cellulaire permet de prévenir leur propagation au sein de la descendance. L’entrée en mitose est contrôlée par un réseau de signalisation complexe (Mitotic Entry Network ou MEN) qui aboutit à l’activation de la kinase Cycline B1-Cdk1. L’activation du Mitotic Entry Network est modulée à plusieurs niveaux par les voies de signalisation activées en réponse aux lésions de l’ADN (DNA damage Response ou DDR). Ainsi, le contrôle précis de l’entrée en mitose semble faire intervenir au sein de chaque cellule un équilibre dynamique entre l’état d’activation de ces voies antagonistes (DDR versus MEN). Comment évolue cet équilibre dans l’espace et dans le temps au cours de la progression G2/mitose constitue un objectif majeur de nos travaux.

Afin d’analyser en temps réel l’état d’activation de régulateurs clefs de ces voies de signalisations opposées ainsi que la succession des étapes moléculaires qui aboutissent à l’entrée en mitose, notre approche expérimentale est fortement basée sur l’utilisation de biosenseurs FRET (Förster Résonance Energy Transfer) spécifiques d’activités kinases et sur le suivi de cellules individuelles par vidéo-microscopie, associée à des analyses biochimiques (spectrométrie de masse,… )

Différents activateurs de l’entrée en mitose sont fréquemment surexprimés dans des tumeurs d’origines variées et pourraient ainsi promouvoir l’établissement d’une instabilité génétique à travers l’initiation d’une entrée prématurée des cellules en mitose. Une stratégie anticancéreuse prometteuse ("G2 abrogation strategies") repose sur l’induction d’une entrée prématurée en mitose préférentiellement des cellules tumorales p53 déficientes (~50% des tumeurs humaines), combinée à des agents génotoxiques, afin d’induire la mort cellulaire mitotique. Nos travaux visent à mieux comprendre les déséquilibres du contrôle de l’entrée en mitose dans les cellules tumorales, à analyser la pertinence et l’efficacité de ces stratégies antitumorales ainsi qu’à identifier de nouvelles cibles protéiques potentielles.

Catégorie de la page: