Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers gynécologiques

Cancer du col utérin localement évolué

Titre de l'étude: 
AtezoLACC Etude de Phase II randomisée évaluant l'Atezolizumab, inhibiteur du ligand de mort cellulaire programmée de type 1, dans les cancers du col utérin localement évolués.
Numéro de l'étude: 
IGR 2608
Médecin investigateur: 
Pr Cyrus CHARGARI
Indication: 
  • Cancer du col de l’utérus
  • Immunothérapie

 

Description: 

Le pronostic des cancers du col utérin localement évolué est marqué par un risque métastatique qui demeure important. Il existe de nombreuses données suggérant l’intérêt à cibler les voies de l’immunité antitumorale en association à la radiothérapie, telles que la voie PDL1/PD1

Cette étude teste en phase II randomisée l’adjonction d’un traitement concomitant et adjuvant (12 mois) par Atezolizumab, un anticorps anti PDL1.

Les patientes recevront dans le bras standard :
Une radiochimiothérapie concomitante (radiothérapie externe à raison de 25 séances quotidiennes de radiothérapie, associée à l’administration hebdomadaire de perfusions de cisplatine, puis curiethérapie utéro-vaginale guidéer par l’imagerie 3D)

Dans le bras expérimental, les patientes recevront le même traitement, plus un traitement par Atezolizumab, d’administration intraveineuse. L’atezolizumab sera débuté une semaine avant la radiothérapie externe, puis poursuivi à raison d’une administration toutes les trois semaines, pour un total de 20 injections.

L’objectif principal de l’étude est d’étudier le bénéfice clinique de l’administration d’atezolizumab en complément d’un traitement standard, en termes de survie sans progression.

Les objectifs secondaires de l’étude sont d’évaluer les taux de réponse, la survie globale et les effets secondaires lors de l’administration concomitante et adjuvante d’atezolizumab en complément du traitement standard. Une recherche de biomarqueurs sanguins et tumoraux (biopsies) sera également réalisée pour étudier les facteurs prédictifs de réponse au traitement.

Les patientes seront suivies de manière hebdomadaire pendant la radiothérapie (examen clinique, prises de sang), puis revues à 8 semaines de la fin de la curiethérapie avec les résultats d’une IRM pelvienne et d’un scanner thoracique. La surveillance sera ensuite trimestrielle pendant 2 ans, puis semestrielle pendant 3 ans.