Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Villejuif, le 29 mai 2015

Publication dans le Lancet Oncology

Cancer de la prostate :
ASCO 2015 va transformer les standards de traitement

Au cours des 10 dernières années, le traitement du cancer de la prostate pouvait être résumé comme suit : les formes localisées pouvaient être traitées par un traitement local, au besoin associé à une hormonothérapie pour les formes les plus agressives ; les formes métastatiques étaient traitées par hormonothérapie seule (et ce, sans grand changement depuis 70 ans) ; enfin, les formes devenues résistantes à l’hormonothérapie étaient traitées par chimiothérapie de la famille des taxanes (d’autres médicaments sont venus compléter cet arsenal thérapeutique au cours des toutes dernières années).

Aujourd’hui, les lignes bougent. De grandes études cliniques viennent transformer la prise en charge des patients atteints d’un cancer de la prostate les plus à risque d’entrainer le décès du patient.

Le Lancet Oncology publie aujourd’hui la première étude démontrant que la chimiothérapie prévient les rechutes chez les patients atteints de cancer localisé de la prostate mais à risque de métastaser.

Coordonnée par le Pr Karim Fizazi, chef du Département de Médecine Oncologique de Gustave Roussy, et promue par UNICANCER, l’étude GETUG 12 est un essai clinique français, randomisé multicentrique (26 centres) de phase III. L’objectif de cette étude était de déterminer l’impact d’une chimiothérapie utilisant un taxane lorsque celle-ci est associée au traitement de référence, sur la survie sans rechute chez des patients atteints d’un cancer de la prostate localisé et à haut risque.
413 hommes ayant reçu ni hormonothérapie, ni chimiothérapie auparavant ont été inclus et répartis aléatoirement en deux groupes. Les patients du 1er groupe recevaient le traitement de référence (le plus souvent une association hormonothérapie + radiothérapie locale). Tandis que ceux du second groupe recevaient une chimiothérapie (docetaxel + estramustine), initiée en même temps que le traitement de référence. Après 8 années de suivi, les résultats de cette étude démontrent que la survie sans rechute est de 50% pour le groupe traité par hormonothérapie seule contre 62% pour le groupe qui avait reçu en plus une chimiothérapie, la différence étant significative (HR=0,71 ; p=0.017). Ces résultats sont publiés aujourd’hui dans la revue The Lancet Oncology.
Pour le Pr Karim Fizazi, premier auteur de la publication « Les résultats de l’étude française GETUG 12 démontrent clairement le bénéfice de la chimiothérapie pour prévenir les rechutes. Par ailleurs, ce bénéfice est obtenu sans toxicité à long terme supplémentaire pour les patients. Ils vont participer à faire évoluer le standard de traitement des cancers de la prostate à risque pour éviter l’apparition de métastases ».
Les chercheurs français sont les premiers à avoir démontré le bénéfice de l’ajout d’une chimiothérapie au traitement standard dans le traitement du cancer de la prostate localement avancé ou à haut risque de rechute. Deux autres études sur ce sujet sont attendues à l’ASCO 2015; l’étude anglaise STAMPEDE, dimanche 31 mai, dont les premiers résultats convergent avec ceux de l’étude GETUG 12. Les résultats de l’étude américaine RTOG 0521 seront dévoilés samedi 30 mai pendant le congrès (Late Breaking Abstract 5002).

La stratégie de traitement du cancer de la prostate métastatique va aussi changer !

Deux grandes études cliniques, française (GETUG – AFU 15) dirigée par le Dr Gwenaëlle Gravis et américaine (CHAARTED) ont récemment démontré que l’initiation d’une chimiothérapie (docetaxel) en même temps que le traitement de référence (hormonothérapie) augmentait la survie sans progression des patients atteints d’un cancer de la prostate d’emblée métastatique, mais avec des données jusqu’alors incertaines vis-à-vis de la survie globale. Les résultats attendus de l’étude anglaise STAMPEDE confirment l’existence d’un bénéfice non seulement en survie sans progression, mais aussi en survie globale. Ces trois études vont faire évoluer le standard de traitement dès les prochains mois : les malades en état de recevoir une chimiothérapie recevront celle-ci combinée à l’hormonothérapie, dès le début de la prise en charge de leur pathologie.
Enfin, une étude européenne promue par UNICANCER et dirigée par le Pr Karim Fizazi (étude
PEACE-1) est actuellement en cours et cherche à améliorer encore ces résultats en évaluant l’adjonction d’un nouveau médicament, l’abiraterone, ou celle d’un traitement local du cancer primitif par la radiothérapie.

Le cancer de la prostate en chiffres

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme, avec plus de 55 000 nouveaux cas par an en France dont environ 10 000 sont des cancers localisés à haut risque métastatique. Il s'agit le plus souvent d'un cancer d'évolution lente. Il peut être totalement silencieux ou responsable de signes urinaires tels qu'une difficulté à uriner, une envie plus fréquente ou des troubles de l’érection.
Le cancer de la prostate cause environ 8 000 décès par an en France.

Les essais du GETUG

Les cancers de la prostate, de la vessie, du rein, du pénis et du testicule font partie des tumeurs de l’appareil urogénital. Le Groupe d’Étude des Tumeurs Uro-Génitales (GETUG) qui réunit des médecins des Centres de lutte contre le cancer et des centres hospitaliers en France, mène actuellement 12 essais nécessitant au total la participation de plus de 6 000 patients.
Le département de recherche du groupe UNICANCER participe activement au groupe GETUG dans la conduite d’un programme de recherche spécifique sur ces tumeurs. La Ligue contre le cancer soutient les grands essais de stratégie thérapeutique conduits par le GETUG.

Recherche clinique sur le cancer de la prostate à Gustave Roussy

Le cancer de la prostate fait l'objet de nombreuses recherches à Gustave Roussy, qui ont permis de mettre au point ces dernières années des traitements de plus en plus efficaces. Des essais cliniques visent à évaluer d’autres traitements et techniques innovants, ainsi que différents schémas d'administration. Cette recherche sur le cancer de la prostate s’organise aujourd’hui autour de trois axes :

  • Développer des thérapies plus efficaces, moins toxiques et moins invalidantes, pour améliorer la qualité de vie du patient
  • Prévoir comment la tumeur va réagir à la chimiothérapie et aux médicaments de nouvelle génération et élucider les mécanismes de résistance aux traitements déjà utilisés en routine
  • Identifier les caractéristiques de la tumeur de chaque patient pour un traitement personnalisé

 

Contact Presse

GUSTAVE ROUSSY
Direction de la communication
Christine Lascombe
Tél : 01 42 11 47 05
E-mail

Agence MEDIAL
Claire Parisel
Tél. 01 53 83 81 52
E-mail

UNICANCER
Agathe Lasne
Tél : 01 71 93 67 06
E-mail

 

PDF icon> Télécharger ce communiqué en PDF

Catégorie de la page: