Vaccin contre le cancer : aidez nos chercheurs à concevoir les traitements de demain

Ces dernières années, les immunothérapies ont permis des progrès spectaculaires dans le traitement de plusieurs cancers jusqu’ici incurables comme certains cancers du poumon, du rein ou le mélanome métastatique. Mais ces avancées ont aussi montré que des résistances à ces thérapies pouvaient se développer au fil du temps, limitant ainsi le bénéfice pour les patients.

Depuis 2013, l’équipe du docteur Sébastien Apcher, responsable d’une équipe de recherche Inserm au sein du laboratoire « Cancer, immunité et innovations thérapeutiques », s’est engagée dans la recherche de nouveaux moyens pour stimuler le système immunitaire et le mobiliser contre les cellules tumorales, dont les grandes avancées ouvrent la voie à un vaccin personnalisé contre le cancer.

Cancer, immunité et innovations thérapeutiques

Deux axes de recherche prometteurs pour accélérer l'innovation en immunothérapie

Parmi ces travaux, deux programmes pourront devenir une réalité pour des milliers de patients. Ces projets visent tous deux à stimuler le système immunitaire de patients adultes atteints d’un cancer du poumon ou d’un cancer colorectal métastatique mais aussi celui d’enfants touchés par le cancer.

 1) Le vaccin peptidique

Les peptides sont des chaînes d’acides aminés spécifiques exprimées notamment par les tumeurs. L’équipe du docteur Sébastien Apcher a été l’une des premières au monde à observer le rôle très immunogène de peptides spécifiques non-conventionnels et à démontrer que leur présence favorisait une réponse immunitaire contre la tumeur. Le principe de cet axe de recherche est d’identifier les peptides spécifiques au cancer de chaque patient au moyen d’une biopsie. Ils seront ensuite amplifiés et réinjectés au patient afin de stimuler son système immunitaire.

Augmenter la réponse immunitaire

2) Le Ginkgo Biloba : une plante ancestrale pour stimuler le système immunitaire

Le ginkgo biloba, aussi appelé « Arbre de vie » est apparu il y a 300 millions d’années. Il s’agit de la seule espèce végétale à avoir survécu à la bombe atomique lancée sur Hiroshima.

L’équipe du docteur Sébastien Apcher a découvert une molécule issue du Ginkgo biloba, qui mobilise les défenses de l’organisme contre les cancer. L’équipe a démontré que cette molécule avait une action très efficace sur des modèles expérimentaux de tumeurs colorectales, du poumon et de mélanome. Les recherches doivent aujourd’hui se poursuivre pour évaluer la toxicité et la stabilité de ce composé naturel.

A terme, l’équipe souhaite parvenir à l’élaboration d’un vaccin à partir de composé naturels pour mobiliser les défenses de l’organisme.

Des recherches aux résultats prometteurs et reconnues internationalement

Reconnue comme jeune équipe prometteuse par l’Inserm et le CNRS, l’équipe a publié, depuis 2015, 3 articles dans des revues scientifiques prestigieuses et déposé 3 brevets : un sur un vaccin anti-cancéreux et deux sur des molécules qui pourront être utilisées dans un futur proche comme agents chimiothérapeutiques. Un nouveau brevet est actuellement en élaboration pour un dépôt en fin d’année et un nouvel article scientifique vient d’être soumis pour publication.

Par votre don, vous contribuez directement aux avancées de la recherche pour guérir le cancer au 21e siècle

Aidez nos chercheurs à mettre au point un vaccin thérapeutique contre le cancer

 

Votre générosité en actions

66 % de votre don sont déductibles de votre impôt sur le revenu : renforcez votre générosité !

  • 50 euros = synthèse d'un peptide, soit 17 euros après déduction fiscale
  • 100 euros = achat d'un anticorps, soit 34 euros après déduction fiscale
  • 200 euros = un test d'immunogénicité de 5 peptides, soit 68 euros après déduction fiscale
  • 500 euros = un test in vivo de quelques peptides, soit 170 euros après déduction fiscale

Dr Sébastien Apcher,
RESPONSABLE D’UNE EQUIPE DE RECHERCHE INSERM AU SEIN DU LABORATOIRE « Cancer, immunité et innovations thérapeutiques »
"Il n’y a qu’en travaillant sur des concepts novateurs qu’on arrivera à éradiquer le cancer. Pour avancer, l’obstacle majeur est le financement.  Nous n’arrivons pas à aller aussi vite que nous le voudrions. Nos projets sont très novateurs. Nous ne sommes pas nombreux dans le monde, seulement 4 équipes, à travailler sur ces nouveaux types de peptides tumoraux. Notre approche est donc très difficile à faire accepter auprès des agences nationales de financement qui veulent toujours plus de résultats avant de nous soutenir. Mais pour produire ces résultats, il nous faut des moyens ! Et pourtant, il n’y a qu’en travaillant sur des concepts novateurs qu’on arrivera à éradiquer le cancer. "

 

Catégorie de la page: