Cancer de l’endomètre

Responsable
Dr Patricia Pautier

Contact
Oncologie
Tél. : +33 (0)1 42 11 43 76 ou 45 17

Chirurgie
Tél. : +33 (0)1 42 11 51 34

Radiothérapie/Curiethérapie
Tél. : +33 (0)1 42 11 45 6

Demander un RDV
Frise Banner: 
Cancer de l’endomètre

Qu’est-ce qu’un cancer de l’endomètre ?

L'endomètre est le revêtement intérieur de la paroi du corps de l'utérus.

Un cancer de l’endomètre se développe lorsqu’une cellule de l’endomètre initialement saine se transforme (par exemple sous l’effet d’une mutation), puis se multiplie de manière incontrôlée jusqu’à la formation d’un amas de cellules cancéreuses appelé tumeur.

Le cancer de l’endomètre est la 4e cause de cancer chez la femme en France. On estime à 8 224 le nombre de nouveaux cas en 2018. Cette pathologie touche le plus souvent les femmes après la ménopause, l'âge moyen au moment du diagnostic étant de 68 ans. Néanmoins, le cancer de l’endomètre reste le cancer qui se guérit le mieux parmi les cancers gynécologiques.

Le principal symptôme qui peut évoquer une tumeur de l’endomètre et qui doit absolument pousser à consulter un médecin est l’apparition d’un saignement vaginal après la ménopause. Avant la ménopause, des saignements inhabituels (en dehors des règles ou saignements plus abondants qu’habituellement) doivent également amener à consulter.

Diagnostic du cancer de l’endomètre

Gustave Roussy assure le diagnostic et le traitement du cancer de l’endomètre, mais accueille également les patientes ayant déjà un diagnostic établi.

Lors de la première consultation, la patiente est interrogée afin d’en savoir plus sur ses antécédents personnels et familiaux. Le médecin prendra notamment connaissance de l’existence d’autres cas de cancers dans la famille de la patiente. Cela permet de rechercher la présence éventuelle du syndrome de Lynch, une maladie héréditaire rare qui augmente le risque de développer certains cancers dont celui de l’endomètre. Le médecin évalue également les facteurs de risque et les symptômes pouvant être associés à une tumeur.

Une échographie (si possible par voie endovaginale) est effectuée afin d’observer un éventuel épaississement de l’endomètre (hypertrophie) qui peut être le signe du développement d’un cancer. Une IRM pelvienne peut aussi être préconisée.

Le médecin réalise également systématiquement une biopsie endométriale.

C’est l’examen de ce prélèvement qui permet de confirmer le diagnostic du cancer mais également de définir le type histologique de la tumeur, ainsi que son degré d’agressivité.
Des examens d’imagerie (IRM) supplémentaires sont ensuite prescrits afin d’évaluer l’étendue de la maladie et de décider au mieux des modalités de prise en charge.

Les décisions des modalités de traitement sont prises lors de réunions pluridisciplinaires (RCP). Ces réunions font intervenir plusieurs médecins de disciplines différentes : oncologues médicaux, chirurgiens, oncologues radiothérapeutes, radiologues, anatomo-pathologistes en collaboration avec les médecins de ville. Un compte-rendu de RCP est rendu pour chaque patiente.

Traitements du cancer de l’endomètre

Différents traitements peuvent être mis en œuvre pour soigner un cancer de l’endomètre :

En cas de cancer localisé

La chirurgie

La chirurgie est le traitement principal du cancer de l’endomètre. Elle est réalisée lorsque l’état de santé de la patiente le permet et lorsque la tumeur ne s’est pas propagée sous forme de métastases. Cette chirurgie nécessite l’expertise de chirurgiens spécialisés et d’anesthésistes pour décider des meilleures modalités de traitement. Les chirurgiens spécialistes de Gustave Roussy recourent notamment à la chirurgie robotique, la chirurgie mini-invasive, la laparotomie et effectuent des prélèvements ganglionnaires.

Dans de très rares situations et chez des femmes en âge de procréer, une préservation de la fertilité grâce à un traitement médical, associé à un traitement chirurgical limité, peut s’envisager après avis de la RCP.

▶ En savoir plus sur la chirurgie gynécologique

La radiothérapie externe

Des séances de radiothérapie dans la région du pelvis peuvent être prescrites par les médecins après chirurgie, en fonction de différents facteurs pronostiques (stade, envahissement ganglionnaire) pour limiter les risques de récidive loco-régionale.

▶ En savoir plus sur la radiothérapie externe

La curiethérapie (ou radiothérapie interne)

La curiethérapie vaginale est une technique de radiothérapie interne qui permet d'irradier directement et à forte dose la zone à traiter. Elle est parfois préconisée après la chirurgie et/ou la radiothérapie externe pour limiter les risques de récidive vaginale. Entre 2 et 4 séances de curiethérapie de 10 à 15 minutes sont réalisées en ambulatoire (sans hospitalisation de la patiente)

▶ En savoir plus sur la curiethérapie

En cas de cancer de l’endomètre métastatique  

La chimiothérapie

La chimiothérapie constitue le traitement principal des cancers avancés de l'endomètre, en particulier lorsque les cellules tumorales se sont propagées dans l’organisme, formant des métastases. Ce traitement repose sur l’administration de médicaments anticancéreux qui agissent dans l’ensemble du corps (traitement systémique).

▶ En savoir plus sur la chimiothérapie

L’hormonothérapie

Les cellules de l’endomètre expriment parfois des récepteurs aux hormones sexuelles féminines (œstrogènes et progestérone). L’hormonothérapie est alors parfois utilisée pour traiter les cancers de l'endomètre qui se sont disséminés dans des organes éloignés de l'utérus. Le traitement repose sur un médicament progestatif qui empêche la progestérone de se fixer sur les cellules de l'endomètre et de stimuler leur croissance.

▶ En savoir plus sur l’hormonothérapie

Préservation de la fertilité

Le traitement d’un cancer de l’endomètre rend stérile. C’est pourquoi les équipes de Gustave Roussy portent une attention toute particulière à la préservation de la fertilité de ses patientes et s’impliquent dans l’amélioration des pratiques depuis deux décennies.

Cette préservation est rarement envisageable mais elle est discutée lorsqu’elle peut être proposée en toute sécurité par rapport au traitement. Elle peut combiner des gestes préservant l’utérus et un traitement médical.

Essais cliniques et innovation thérapeutique

Selon les caractéristiques et le stade du cancer, les médecins de Gustave Roussy peuvent proposer aux patientes de participer à des protocoles de recherche clinique. Si elle est adaptée, l’orientation vers un essai thérapeutique sera évoquée avec les patientes lors de leur prise en charge par leur oncologue référent, leur permettant d’accéder à des traitements innovants.

▶ Consulter les essais cliniques en cours pour les cancers gynécologiques

 

Catégorie de la page: