Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Villejuif, le 3 décembre 2019

L’étude BIOMEDE démontre l’importance du séquençage au diagnostic d’une tumeur au cerveau chez les enfants

Présentés pour la première fois, les résultats de la grande étude BIOMEDE vont transformer la prise en charge des gliomes infiltrants du tronc cérébral en introduisant la biopsie au diagnostic comme un standard. Le bénéfice pour les enfants est à la fois de confirmer de manière certaine le diagnostic et de définir les différents profils biologiques de cette maladie pour orienter le choix des traitements.

Illustration adn

Le Dr Jacques Grill, pédiatre dans le département de cancérologie de l’enfant et de l’adolescent à Gustave Roussy a présenté les résultats de cette étude lors de deux communications orales à l’occasion du congrès annuel de la Société de neuro-oncologie qui s’est tenu fin novembre à Phœnix, Arizona, Etats-Unis.

« L’examen qui permet de poser le diagnostic d’un gliome infiltrant du tronc cérébral est une IRM. Cet examen radiologique est le standard sur lequel nous nous appuyons aujourd’hui » indique le Dr Jacques Grill.

« Grâce à l’étude BIOMEDE nous avons découvert que dans près de 10 % des cas, le diagnostic radiologique a été pris en défaut. En fait, il existe des tumeurs d’une toute autre nature qui peuvent radiologiquement ressembler à ces gliomes mais qui nécessitent un traitement différent et ont un devenir différent » indique-t-il.

Conduit depuis cinq ans par le Dr Jacques Grill, l'essai international BIOMEDE (BIOlogical MEdicines for DIPG Eradication) impliquant 70 centres en Europe et en Australie au sein des réseaux ITCC (Innovatives Therapies for Children with Cancer) et la Société Internationale d’Oncologie Pédiatrique (SIOP), est le plus grand jamais réalisé dans cette maladie.

Les gliomes infiltrants du tronc cérébral sont des cancers du cerveau au pronostic très sombre qui peuvent toucher les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Ces tumeurs sont inopérables et seule la radiothérapie a un effet transitoire qui ne dure malheureusement que quelques mois le plus souvent. Jusqu’ici, aucun traitement médical n’a été validé.

L’étude BIOMEDE a comparé trois médicaments, everolimus, erlotinib et dasatinib, attribués en fonction des résultats des profils moléculaires obtenus par séquençage de la tumeur au diagnostic avant d’initier les traitements. Les analyses moléculaires ont été dirigées par le Dr Marie-Anne Debily et présentées par le Dr David Castel de l’équipe de recherche « Génomique et Oncogenèse des Tumeurs Cérébrales » (UMR CNRS 8203). Cette communication a reçu le prix de la meilleure communication de biologie dans les tumeurs de l’enfant lors de ce congrès international.

Après inclusion de 230 patients et l’analyse moléculaire de 193 d’entre-eux, l’étude ne montre pas de différence significative entre les trois traitements sur le plan de la survie globale. En comparaison avec les études publiées évaluant la radiothérapie seule, il existe un gain de survie de 2 à 3 mois en médiane, certains patients ayant des survies au-delà de 2 ans, ce qui est inhabituel dans cette maladie.

Les résultats biologiques obtenus apportent des informations pronostiques nouvelles. Les résultats des analyses moléculaires identifient, pour la première fois dans un essai, des mar-queurs biologiques pronostiques permettant de différencier des formes plus ou moins agres-sives de ces gliomes infiltrants du tronc cérébral.

Par ces deux résultats, l’étude BIOMEDE établit un standard dans la prise en charge de ces affections qui marquera les développements thérapeutiques futurs dans les gliomes infiltrants du tronc cérébral. « À l’avenir nous ne pourrons donc plus considérer ces tumeurs comme une seule entité et il sera capital de tenir compte de ces anomalies pour mieux analyser les résultats des essais et adapter le traitement » conclut le Dr Jacques Grill.

Ces travaux ont bénéficié du soutien d’un Programme Hospitalier de Recherche Clinique de l’INCa et des associations Imagine For Margo, l’Etoile de Martin et les Amis d’Antoine.

PDF iconLire le communiqué de la PDF

Catégorie de la page: