Informations pratiques

Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

> Patients Internationaux

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Cancer de la vessie

Responsable
Dr Yohann Loriot

Contact
Oncologie
Tél.: (0)1 42 11 62 64
Fax : +33 (0)1 42 11 53 05

Envoyer un e-mail
Frise de présentation (bandeau): 
Cancer de la vessie

Prise en charge du cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est un cancer fréquent puisqu'il se situe au 7e rang des cancers les plus fréquents, avec environ 12 000 nouveaux cas par an en France (chiffres 2012). Il s'agit du cancer urologique le plus fréquent après le cancer de la prostate. le cancer de la vessie touche majoritairement les hommes. Le tabac est le facteur de risque le plus fréquent.

Le cancer de la vessie est une maladie des cellules de la paroi interne de la vessie. Il se développe à partir d’une cellule normale qui se transforme, puis se multiplie de façon anarchique jusqu'à former une tumeur. Généralement, il se forme à partir des cellules de la muqueuse, autrement dit, de l'épithélium  : c'est pourquoi ce type de cancer se nomme carcinome urothélial. Il représente la grande majorité des cancers de la vessie. Un cancer urothélial peut aussi survenir au niveau des voies urinaires hautes (uretères, cavités proximales du rein).

Le symptôme le plus fréquent du cancer de la vessie est la présence de sang dans les urines, appelée hématurie. D'autres symptômes qui persistent peuvent alerter et nécessiter une consultation chez un médecin, tels que des envies fréquentes d’uriner et des brûlures mictionnelles. 

Concertation pluridisciplinaire

La prise en charge (diagnostic et traitement) du cancer de la vessie nécessite le travail conjoint de plusieurs médecins de diverses disciplines : oncologues médicaux, chirurgiens (urologues), radiothérapeutes, radiologues, anatomo-pathologistes, radiologues, en collaboration avec les médecins de ville. Chaque décision majeure est prise au cours de réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP). Dans certains cas, la présence du patient à une réunion peut être requise.

Recherche clinique sur le cancer de la vessie à Gustave Roussy

Nous étudions actuellement plusieurs stratégies pour améliorer la prise en charge du cancer urothélial à tous les stades de la maladie.

L'une d'entre elles repose sur l'utilisation de l'immunothérapie, qui vise à stimuler les défenses immunitaires du patient afin que celles-ci reconnaissent et détruisent plus efficacement les cellules tumorales. Ces immunothérapies qui s'injectent par voie intraveineuse sont actuellement évaluées seules ou en combinaison avec d’autres traitements (chimiothérapie, autre immunothérapie, radiothérapie, thérapie ciblée) chez les patients porteurs de métastases, mais aussi chez les patients sans métastases avant ou après une chirurgie par exemple.

Une autre piste consiste à analyser les caractéristiques génétiques des tumeurs afin d’identifier les "tendons d’Achille" des cellules tumorales. Pour cela, nous analysons d'anciens prélèvements de tumeurs conservés dans les laboratoires de ville. Parfois, nous avons besoin de réaliser une nouvelle biopsie. Nous développons par ailleurs des techniques permettant de détecter ces anomalies à partir d’un simple pris de sang.  Si une anomalie génétique telle qu’une mutation est détectée, nous cherchons à proposer une thérapie qui bloque spécifiquement cette  mutation. C'est ce que l’on appelle la médecine de précision, ou médecine moléculaire.

Pour développer la recherche clinique et proposer aux patients des stratégies alternatives au traitement standard ou en cas d’échec des traitements habituels, une équipe multidisciplinaire a été mise en place. De nombreuses collaborations françaises et internationales ont également été scellées. 

Catégorie de la page: