Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Chicago, le 3 juin 2019
ASCO 2019

Cancer urothélial (vessie et voies urinaires) :
De nouvelles preuves de l’intérêt de l’immunothérapie

Le cancer urothélial, généralement développé dans la vessie, est grave, fréquent et complexe à prendre en charge. Il représente 90 % des cancers de la vessie. Avec 12 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année en France, les cancers de la vessie sont les cancers urologiques les plus fréquents après les cancers de la prostate.

Les immunothérapies anti PD1 et anti PD-L1 telles que le pembrolizumab et l’atezolizumab sont approuvées en Europe pour la prise en charge du cancer urothélial métastatique, mais ne sont pas encore remboursées en France. La durée des réponses et notamment des réponses complètes à ces traitements est un point d’étude important en recherche clinique.

Des réponses longues et complètes obtenues grâce à l’immunothérapie

Menée par le Dr Yohann Loriot, oncologue médical à Gustave Roussy, l’analyse conjointe de trois études de phase I et II ayant évalué l’atezolizumab (immunothérapie anti PD-L1) montre qu’une réponse complète est obtenue chez environ 10 % des patients. Celle-ci est obtenue dans les huit premiers mois qui suivent l’initiation de l’atezolizumab. La durée des réponses complètes est longue, avec une médiane de plus de deux ans dans l’une des études, et supérieure à trois ans dans l’étude disposant du suivi le plus long. L’immense majorité des patients ayant obtenu une réponse complète est toujours en vie plusieurs années après l’initiation du traitement.

Poster
Lundi 3 juin 1:15 PM - 4:15 PM Heure de Chicago, Hall A

Lire l’abstract n° 4527
Durability of complete response (CR) with atezolizumab (atezo) in locally advanced/metastatic urothelial carcinoma (mUC).

L’expression de PDL-1 : un marqueur pronostique dans le cancer de la vessie

Le Dr Yohann Loriot est également dernier auteur d’une étude sur le cancer de la vessie qui sera discutée à l’ASCO 2019. Celle-ci s’est focalisée sur deux critères d’analyse de l’étude SAUL, publiée en mars 2019, qui démontrait notamment l’efficacité de l’atezolizumab sur des patients habituellement exclus des essais cliniques (patients âgés, état général trop affaibli, métastases cérébrales, maladie auto-immune). Ainsi, l’analyse de l’étude révèle l’intérêt de traiter les patients les plus âgés (plus de 80 ans) en raison de la survenue d’une immunosénescence : l’âge n’est pas une limite, l’efficacité et la tolérance n’étant pas différentes des patients plus jeunes. Par ailleurs, l’étude SAUL montre que l’expression tissulaire de PD-L1 est un marqueur clairement pronostique : la survie des patients avec expression de PD-L1 et traités par atezolizumab est supérieure à celles dont l’expression de PD-L1 est faible. L’absence de groupe contrôle traité par chimiothérapie dans cette étude ne permet pas de savoir si ce marqueur a une vertu prédictive. Néanmoins, cela permet d’étudier ce marqueur dans les grandes études en cours qui évaluent l’atezolizumab en première ligne en association avec la chimiothérapie (étude IMvigor130) et en situation adjuvante après cystectomie. L’identification des patients les plus susceptibles de répondre favorablement à l’immunothérapie est un enjeu majeur dans la progression des traitements en oncologie. La mise en évidence de ce marqueur pronostique dans le cancer de la vessie contribuera à imposer ce type de traitement dans la prise en charge quotidienne des patients.

Poster discussion
Lundi 3 juin 4:30 PM - 6:00 PM Heure de Chicago, Hall D1

Lire l’abstract n° 4519
Clinical outcomes according to PD-L1 status and age in the prospective international SAUL study of atezolizumab (atezo) for locally advanced or metastatic urothelial carcinoma (UC) or non-UC of the urinary tract

Catégorie de la page: