Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Cancer du Sein

Responsable
Dr Suzette Delaloge

 

Voir tous les contacts
Frise de présentation (bandeau): 
Cancer du Sein

En cas de cancer du sein localisé

Le traitement d’un cancer du sein localisé comprend en principe au minimum une chirurgie, généralement complétée par un ou plusieurs traitements préventifs de rechute nommés traitements "adjuvants" (chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie, thérapies ciblées).

Chirurgie

La chirurgie reste la pierre angulaire du traitement du cancer du sein localisé, il est exceptionnel qu’elle ne soit pas indiquée. Elle est assurée selon les besoins spécifiques de la patiente, par des chirurgiens sénologues, souvent  formés à la chirurgie plastique oncologique ou même exerçant intégralement en chirurgie plastique et reconstructrice.

► Plus d'informations sur la chirurgie du cancer du sein

Chimiothérapie

La chimiothérapie adjuvante a fait ses preuves depuis longtemps pour la prévention des rechutes de cancer du sein (diminution du risque de 5 à plus de 50%). Elle a pour but de supprimer d’éventuelles cellules tumorales résiduelles non détectables. La chimiothérapie peut aussi parfois être utilisée avant la chirurgie pour contrôler vite la maladie, augmenter les chances de garder le sein ou permettre une chirurgie qui n’était pas faisable initialement.

► Plus d'informations sur la chimiothérapie du cancer du sein en vidéo

Hormonothérapie

L’hormonothérapie sert à modifier la sécrétion d’hormones ou à bloquer leur action afin d’empêcher la prolifération des cellules tumorales. Elle est proposée si la tumeur exprime des récepteurs aux hormones (œstrogènes et/ou progestérone) et si un bénéfice est attendu sur le risque de rechute, ce qui est fréquemment le cas car ces traitements diminuent de 30 à 60% les risques de rechute à la fois sous forme de métastases, de rechute locale ou de nouveau cancer. 

Plusieurs traitements sont possibles :

  • Traitement anti-œstrogène (Tamoxifène) : il bloque le fonctionnement du récepteur aux œstrogènes sur les cellules tumorales potentiellement restées dans l’organisme ou susceptibles de se développer. Il peut donc à la fois prévenir une rechute du cancer traité (local ou métastatique) et l’apparition d’un nouveau cancer du sein.
  • Inhibiteurs d’aromatase : ces médicaments (Letrozole, Anastrozole, Exemestane) sont réservés aux femmes ménopausées. Ils bloquent le fonctionnement d’une enzyme capable de fabriquer des hormones œstrogènes après la ménopause lorsque les ovaires ne fonctionnent plus. Leur efficacité est démontrée pour la réduction du risque de rechute et pour la prévention d’un nouveau cancer du sein.
  • Blocage ovarien : ce type de traitement peut être utilisé chez les femmes non ménopausées pour induire une ménopause artificielle, en complément du Tamoxifène ou si celui-ci était contre-indiqué.  Ces traitements sont administrés sous forme d’une injection sous cutanée ou intra-musculaire une fois tous les mois ou tous les trois mois (Enantone®, Decapn eptyl®, Zoladex®). Leurs effets secondaires sont des symptômes ménopausiques : bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, prise de poids.

PDF icon► Voir les effets secondaires de l'hormonothérapie

Thérapies ciblées, comme l’Herceptin®

Il s’agit de traitements généraux visant à diminuer le risque de métastase. L’Herceptin® est associée à une réduction du risque de rechute de l’ordre de 50% en plus de celle conférée par la chimiothérapie et les autres traitements. 
L’Herceptin® sera proposée seulement : si le cancer est infiltrant, si la tumeur exprime fortement la protéine Her2 à la surface des cellules tumorales et lorsqu’il y a également une indication de chimiothérapie.

Radiothérapie

Il s’agit d’un traitement utilisant des rayonnements ionisants (photons et/ou électrons) qui agissent principalement en cassant les brins d’ADN du noyau, empêchant ainsi la multiplication des cellules. La radiothérapie est indiquée après la chirurgie afin de diminuer le risque de rechute locale et/ou régionale du cancer du sein.
La radiothérapie adjuvante est généralement prescrite à raison de 4 ou 5 séances par semaine pour une durée de 5 à 7 semaines selon la dose nécessaire pour chaque patiente. D’autres schémas sont aujourd’hui possibles. Des techniques spécifiques sont aussi proposées selon les situations.

► Plus d'informations sur la radiothérapie

Essais thérapeutiques, études cliniques

Gustave Roussy est un centre de soins et de recherche. Dans de nombreuses situations, des techniques ou traitements alternatifs sont développés, étudiés, et peuvent être proposés à nos patientes dans le but d’améliorer les standards actuels. Ces alternatives sont toujours optionnelles, proposées, discutées, et réalisées seulement dans les cas où les patient(s) auraient potentiellement un bénéfice et souhaitent participer aux recherches en cours.

Ces études concernent toutes les situations, que ce soit dépistage, diagnostic, prévention, chirurgie, radiothérapie, traitements médicaux, mais aussi soins de support.

► Voir les essais cliniques en cours

En cas de métastases

Les métastases à distance correspondent à l’installation dans un autre organe que le sein et ses ganglions adjacents, de cellules tumorales responsables, à l’origine, du cancer du sein. Elles sont souvent sensibles à de nombreux traitements. Néanmoins, sauf cas exceptionnel, une guérison définitive ne peut pas être obtenue : la maladie passe dans une phase "chronique" avec traitements au long cours. Le suivi sera plus rapproché, avec des examens réguliers visant à évaluer la tolérance et l’efficacité des traitements prescrits.

Les traitements sont nombreux et dépendent de chaque cas. Ils reposent également sur des chimiothérapies, une hormonothérapie lorsque le cancer du sein a des caractéristiques de sensibilité potentielle, des thérapies ciblées (anticorps monoclonaux ou inhibiteurs de tyrosine kinase plus ou moins spécifiques de protéines présentes dans les cancers du sein), de la radiothérapie ciblée sur une lésion spécifique, de la chirurgie, et des biphosphonates en cas de métastases osseuses, capables de diminuer le risque de complications de ces lésions (fractures par exemple). Dans de nombreuses situations, des essais cliniques sont disponibles visant à proposer de nouveaux traitements alternatifs pour plus d’efficacité à long terme.

Projet Profeel

Le projet Profeel propose aux patientes atteintes d'un cancer du sein métastatique et ayant reçu au plus une seule série de chimiothérapie la réalisation d'un profilage moléculaire sur de l'ADN tumoral circulant par une prise de sang. Il a pour but d'identifier de potentielles anomalies et d'orienter les patientes vers les essais cliniques susceptibles d'améliorer la prise en charge et le traitement de la maladie.

PDF icon► Comment participer au projet Profeel ?

Pour les professionnels

Consultez le Référentiel "Cancers et pathologies du sein", coordonné par Gustave Roussy et l'Institut Curie.

 

Catégorie de la page: