Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

COVID-19 News | 23 mars 2020

Synthèse d'actualités scientifiques liées au COVID-19, réalisée par des experts de Gustave Roussy.
 
COVID 19 news

Information sur des formes cliniques atypiques de Covid-19

Direction générale de la santé – URGENT -22 mars 2020

Les signes cliniques les plus fréquents du Covid-19 sont ceux d’une infection respiratoire aiguë, allant de formes pauci-symptomatiques ou évoquant une pneumonie, sans ou avec signes de gravité (syndrome de détresse respiratoire aigüe, voire défaillance multi-viscérale). Toutefois des formes avec symptomatologie digestive, état confusionnel, initialement non fébriles sont souvent au premier plan chez les personnes âgées.
 
Symptomatologie atypique chez les sujets âgés, indépendamment des signes respiratoires plus classiques :
  • signes digestifs - notamment diarrhée,
  • état confusionnel ou chutes,
  • fébricule avec variations de température entre hyper et hypothermie.
Le CN ORL a constaté une recrudescence d’anosmie brutale sans obstruction nasale, parfois isolée ;
  • il faut toujours rechercher ce symptôme devant un patient suspect de Covid-19 ;
  • en présence d’une anosmie sans obstruction nasale et avec une agueusie, ces patients doivent être isolés ;
  • ne pas traiter par corticoïdes inhalés ou per os et lavages de nez sont décommandés
  • ce tableau semble caractéristique des formes bénignes et aussi fréquent dans les formes graves.
Fiche COREB - Repérer et prendre en charge un patient atteint d’infection respiratoire aigüe en contexte d’épidémie CoVID-19A destination des médecins de ville (22 mars 2020).
 
Inscrivez-vous à la liste de diffusion "DGS-urgentqui permet aux professionnels de santé de recevoir automatiquement des messages les avertissant de problèmes sanitaires urgents.
 

De l’importance de tester

Source : Swiss Medical Weekly (texte), Korea CDC (figure)
Résumé d’après Semih Dogan
 
Tester. Tester. Tester. L’OMS encourageait ainsi, le 16 mars, tous les pays à réaliser « un test pour chaque cas suspect » et que les pays ne pourront pas lutter contre la pandémie s'ils ignorent qui est infecté et qui ne l'est pas.
 
Tester, identifier les contacts (contact tracing) et isoler ceux dont les résultats sont positifs est la méthode appliquée par tous les pays qui ont réussi à garder le virus Covid-19 sous contrôle. Cela peut se comprendre de la façon suivante : on estime que le taux de reproduction (R0) du Covid-19 se situe entre 2 et 3 (une personne infectée peut transmettre en moyenne la maladie à deux personnes). Pour enrayer la progression de l’épidémie, il faut un taux de reproduction effectif R<1, c’est-à-dire que 50 à 70% des transmissions possibles doivent être empêchées. Il est essentiel pour cela d’isoler les individus contaminés et procéder au confinement à titre préventif des personnes qui ont été en contact avec le sujet contaminé afin de prévenir de futures transmissions.
 
La Corée du Sud a été le premier pays, en dehors de la Chine, a être frappée par l’épidémie de coronavirus. Le pays comptait plus de 1000 cas de coronavirus le 26 février. La stratégie coréenne de contrôle de l’épidémie a consisté à tester massivement la population et rendre les tests facilement accessibles. Les sujets positifs étaient ensuite isolés et les autorités sanitaires tentaient de retracer l'historique du patient infecté et identifier tous les contacts qu'il a pu avoir.afin de les encourager au confinement en attendant d’être dépistés à leur tour. La courbe des contaminations montre que l’épidémie a pu ainsi être maîtrisée. Le nombre de nouveaux cas a connu un pic le 29 février avec 909 nouveaux cas et est tombé à 64 le 23 mars (figure 1).
 
 
Un patient contaminé commence par présenter, au bout de quelques jours, des symptômes très modérés, qui culminent, en moyenne, 8 à 10 jours après la contamination. Les tests permettent de détecter les individus contaminés (et contagieux) ainsi que les clusters. Cela permet de prendre des mesures préventives de confinement. En outre, des tests plus répandus permettront une estimation plus précise du taux de mortalité.
 
Des données précises sur l'étendue de l’épidémie de Covid-19 sont également essentielles pour une estimation adéquate des ressources hospitalières. Des tests généralisés permettent d'obtenir une image précise de la situation épidémiologique sur le terrain. Il est difficile de gérer une crise sans connaître l'étendue du problème. Il est particulièrement important de connaître le nombre de personnes contaminées et la proportion de ceux qui présentent des symptômes légers, graves et critiques.
Le monitoring continu des résultats des tests du SARS-CoV-2 permettent d’avoir un aperçu précis de la dynamique de l’épidémie. Sans données précises, il est difficile d'évaluer l’efficacité des mesures de contrôle et s’il est nécessaire d’ajuster ou modifier ces mesures.
 

Les cas non détectés d’infection au Covid-19 responsables de nouveaux foyers de contamination

Source : Nature
Résumé d’après Semih Dogan
 
Le bilan mondial de la pandémie de coronavirus dépasse à présent les 14 000 morts et plus de 330 000 cas avérés d’infection. Une des questions à laquelle tentent de répondre les chercheurs est de déterminer le nombre de personnes porteuses du virus mais ne présentant pas ou peu de symptômes et de savoir si ces personnes propagent le virus. La question est importante car elle permettrait de déterminer avec une plus grande précision l’intensité et l’étendue des politiques de confinement. Une donnée également cruciale pour déterminer le fardeau de la maladie et mieux interpréter les estimations du potentiel de transmission.
 
Les cas non détectés sont à distinguer des cas non documentés, par exemple parce que les autorités n’ont pas conduit assez de tests de dépistage ou qui sont les cas précliniques ou les personnes sont en phase d’incubation du virus et ne présentent pas encore de symptômes.
 
Plusieurs équipes se sont intéressées à l’estimation de ces cas d’infections non détectées en développant des modèles mathématiques à partir des données cliniques des 26 000 cas confirmés d’infection et reporté par les autorités chinoises de Wuhan.
 
Une étude chinoise a pu estimer que 59% des infections à Wuhan n’ont pas été détectés (1). Une étude japonaise (2) rapporte que parmi les 565 japonais évacués du Wuhan début février, 13 personnes ont été testées positive au Covid-19, parmi lesquelles 4 (31%) n’ont jamais développé de symptômes. L’étude la plus probante sur la question est probablement le suivi des occupants du navire de croisière Diamond Princess à bord duquel une épidémie d’infection au Covid-19 a été déclarée début février alors que le navire se trouvait dans les eaux territoriales japonaises. Le navire a été mis en quarantaines et les 3 711 passagers ainsi que les membres d’équipage ont été testés et monitorés (3). Les résultats montrent que 18% des personnes porteuses du virus n’ont jamais présentés de symptômes. Les auteurs mettent l’accent sur le fait que cette population était âgée et que ramené à la population générale ce chiffre serait plus élevé. Il est raisonnable de penser, selon les auteurs, que la proportion des personnes positives au Covid-19 ne présentant pas de symptôme ou des symptômes modérés représentent 40 à 50% des infections totales.
 
Quant à la question de savoir si ces personnes asymptomatiques peuvent infecter d’autres personnes, plusieurs études donnent des éléments de réponse. Deux études (4,5) ont indépendamment montré que les prélèvements effectués dans la gorge avant l’apparition des symptômes présentaient des charges virales importantes et qu’elles pouvaient facilement libérer des particules virales en éternuant ou en toussant, phénomène connu sous le nom d’excrétion virale.
 
Références :
1. Wang, C. et al. Preprint at medRxiv https://doi.org/10.1101/2020.03.03.20030593 (2020).
2. Nishiura, H. et al. Int. J. Infect. Dis. https://doi.org/10.1016/j.ijid.2020.03.020 (2020).
3. Mizumoto, K., Kagaya, K., Zarebski, A. & Chowell, G. Euro Surveill. 25, 2000180 (2020).
4. Woelfel, R. et al. Preprint at medRxiv https://doi.org/10.1101/2020.03.05.20030502 (2020).
5. Zou, L. et al. N. Engl. J. Med. 382, 1177–1179 (2020).
 

Liens utiles

Référencé par le ministère de la Santé, permet à tous ceux qui pensent être contaminés par le coronavirus de faire un "test" anonyme et gratuit consistant en 24 questions sur ses symptômes (fièvre, toux, gêne respiratoire, courbatures…) mais aussi sur ses antécédents médicaux ou son âge.
 
La pandémie de coronavirus en 5 graphiques (dissémination, comparaisons avec autres pathogènes, conséquence restriction de transport, comparaisons SARS 2003).
 
Revue de la littérature des articles pertinents Covid-19 acceptés
 
Powered by a SEIR infection model
 
Our World in Data - Coronavirus Disesase - Statistics and Research
 
Cette newsletter est éditée par Gustave Roussy, sous la direction éditoriale du Pr Fabrice Barlesi et avec la coordination du Dr Antoine Crouan.
 

► Lire les autres Covid-19 News

Catégorie de la page: