Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Sarcomes et tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST)

Sarcomes des tissus mous opérables

Titre de l'étude: 
RT-IMMUNE Essai Européen, multicentrique, randomisé, mené en ouvert de Phase II visant à évaluer l'impact clinique et biologique d'un traitement par un anti-PD-L1 (atezolizumab) chez des patients atteints de sarcomes des tissus mous opérables et devant être traités par radiothérapie.
Numéro de l'étude: 
CSET 2688
Médecin investigateur: 
Dr Charles HONORE
Indication: 
Sarcomes
Description: 

Les sarcomes des tissus mous (STM) constituent un groupe complexe et hétérogène de tumeurs d’origine mésenchymateuse avec une importante hétérogénéité dans leur présentation clinique, leur morphologie, leurs caractéristiques génétiques ainsi que leur évolution clinique. La chirurgie associée à de la radiothérapie (en pré- ou post-opératoire) est la modalité thérapeutique de 1er intention pour les patients atteints de STM localisés. Cependant, le risque de rechute locale reste élevé ; la recherche de nouvelles stratégies de traitement néoadjuvant est donc nécessaire pour cette population de patients.

Le récent succès des anticorps monoclonaux ciblant les points de contrôle du système immunitaire, (CTLA4 et PD-1/PD-L1), a inauguré un changement de paradigme en oncologie dans lequel les médicaments ciblent dorénavant le système immunitaire, et non plus la cellule tumorale, afin de stimuler une réponse immunitaire anti-tumorale. Des données récentes suggèrent que la radiothérapie pourrait aider à initier une réponse immunitaire anti-tumorale. Par conséquent, il a été émis l'hypothèse que l'association de la radiothérapie avec des immunomodulateurs pourrait améliorer les réponses anti-tumorales.

Dans ce contexte, nous proposons de conduire un essai de Phase II multicentrique, randomisé, mené en ouvert pour évaluer l’activité clinique et biologique d’une immunothérapie (atezolizumab) chez des patients atteints d’un STM localisé opérable et devant être traités par radiothérapie.

L’objectif de cet essai clinique RT-IMMUNE est d’évaluer l’activité clinique (réponse pathologique sur pièce opératoire, réponse radiologique avant chirurgie, évolution clinique en terme de taux de rechute de la maladie et de survie) et biologique (analyse des cellules immunes au niveau tumoral et sanguin) de l’atezolizumab chez des patients atteints d’un sarcome des tissus mous devant être opérés et traités par radiothérapie.

Les patients seront répartis en trois groupes (23 patients par groupe) de façon aléatoire par tirage au sort (ou randomisation). Tous les patients recevront les mêmes traitements, seule la séquence (c’est à dire l’ordre d’administration) est différente entre ces 3 groupes  comme résumé ci-dessous :

  • Groupe A : radiothérapie (1 séance/jour, 5 jours par semaine, pendant 5 semaines) puis 2 injections d’atezolizumab à 3 semaines d’intervalle suivie de la chirurgie.
  • Groupe B : 2 injections d’atezolizumab à 3 semaines d’intervalle suivi de la chirurgie puis des séances de radiothérapie (1 séance/jour, 5 jours par semaine, pendant 5 semaines)
  • Groupe C : radiothérapie (1 séance/jour, 5 jours par semaine, pendant 5 semaines) suivi de la chirurgie puis par 2 injections d’atezolizumab à 3 semaines d’intervalle.

Cette période de traitement sera suivie de 2 visites à court terme : à 12 et 18 semaines après la randomisation puis d’un suivi à long terme tous les 3 mois (statut vital et statut de la maladie).