Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers gynécologiques

Cancer de l’ovaire : carcinome à petites cellules

Titre de l'étude: 
PembroSCCOHT Etude de phase II, multicentrique, évaluant le pembrolizumab en combinaison à une chimiothérapie à base d'étoposide-cisplatine (PAVEP) en première intention chez des patientes atteintes d'un carcinome à petites cellules avancé de l'ovaire (stades II-IV) de type hypercalcémique
Numéro de l'étude: 
CSET 3158
Médecin investigateur: 
Dr Patricia PAUTIER
Indication: 
Cancer ovaire
Description: 

Vous présentez une tumeur rare de l’ovaire appelée « carcinome à petites cellules » qui nécessite une prise en charge spécialisée.

Le traitement habituel de cette maladie combine chirurgie et chimiothérapie, incluant une chimiothérapie à haute dose avec réinjection de cellules souches (autogreffe). Une radiothérapie sur la partie inférieure de l’abdomen est également souvent utilisée en fin de traitement.

Cependant, malgré un traitement intensif, le carcinome à petites cellules de l’ovaire reste une maladie grave exposant à des risques de récidive.

Par conséquent, pour augmenter l’efficacité de ces traitements, nous proposons dans cette étude d’ajouter un traitement par « immunothérapie » qui stimule vos propres défenses immunitaires contre la maladie (lymphocytes T).

Ce traitement par immunothérapie sera ajouté au traitement habituel par chimiothérapie. On espère ainsi augmenter les chances que la maladie soit contrôlée par le traitement initial de façon à permettre la réalisation la chimiothérapie à haute dose.

Le traitement par immunothérapie sera également poursuivi après la chimiothérapie pour une durée de 1 à 2 ans de façon à limiter le risque que la maladie ne revienne.