Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers du poumon - cancers thoraciques

Cancers du poumon avec mutation du gène BRAF V600E

Titre de l'étude: 
IFCT-1904 ENCO BRAF Etude de phase II évaluant l'inhibiteur de BRAF encorafenib en combinaison avec l'inhibiteur de MEK binimetinib chez des patients atteints d'un cancer non à petites cellules présentant une mutation BRAF V600E.
Numéro de l'étude: 
CSET 3221
Médecin investigateur: 
Dr David PLANCHARD
Indication: 
Cancer du poumon non à petites cellules
Description: 

Les mutations du gène BRAF V600E sont présentes chez environ 2% des patients porteurs d’un cancer du poumon non à petites cellules. Des traitements ciblés inhibiteurs de BRAF ont été développés (dabrafenib, vemurafenib). Ces traitements sont dorénavant associés à des inhibiteurs de MEK (trametinib). En effet, l’association a montré une efficacité supérieure aux inhibiteurs de BRAF en monothérapie.

L’encorafenib est un inhibiteur de BRAF et le binimetinib est un inhibiteur de MEK. Ils ont démontré leur efficacité en combinaison dans le mélanome avancé muté BRAF V600E. Le traitement par encorafenib et binimetinib sera administré par voie orale.

Les patients en 1ere ligne de traitement (cohorte A) , porteurs d’un cancer du poumon non à petites cellules avec mutation BRAFV600E (analyse moléculaire  faite à partir de la biopsie tumorale) recevront d’emblée l’association encorafenib et binimetinib et les patients qui ont déjà reçu un traitement (cohorte B) seront randomisés entre l’association encorafenib et binimetinib ou une chimiothérapie standard (les patients pourront ensuite recevoir l’association encorafenib et binimetinib en cas de progression tumorale).
Pour les patients de la cohorte B recevant le docétaxel, le schéma de traitement sera administré toutes les 3 semaines par voie intra-veineuse.

L'efficacité sera évaluée par un scanner toutes les 8 semaines et jusqu'à la progression de la maladie ou l'initiation d’un nouveau traitement anti-cancéreux.