Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Toutes tumeurs

Activité de KIN-2787 chez les participants atteints de tumeurs solides à mutation BRAF positives

Titre de l'étude: 
KN-8701 : Étude multicentrique de phase I/Ib en ouvert, en deux parties, visant à évaluer la sécurité, la tolérance, la pharmacocinétique et l'activité antitumorale du KIN 2787 chez des patients atteints d'une tumeur solide exprimant une mutation BRAF
Numéro de l'étude: 
CSET 3464
Médecin investigateur: 
Dr David PLANCHARD
Indication: 
Plusieurs pathologies
Description: 

Cette étude évaluera la sécurité, la tolérance, la pharmacocinétique, et l’activité antitumorale de KIN-2787 et déterminera la dose maximale tolérée (DMT) [partie A de l’étude] et la dose de la phase 2 recommandée (DRP2) [partie B de l’étude] chez des patients atteints d’une tumeur solide exprimant une mutation BRAF.

Kinnate développe KIN-2787 pour le traitement des patients atteints d’un mélanome et les sous-populations CBNPC (Cancer Bronchique non à Petites Cellules) avec des mutations BRAF de la Classe II ou III qui incluent des mutations ponctuelles spécifiques BRAF (autres que BRAF V600E), des insertions/délétions BRAF (indels), et des événements de fusions de gènes BRAF. Ces patients ne sont pas éligibles pour recevoir les thérapies actuelles ciblées de BRAF, ils ne sont généralement pas porteurs d’autres gènes oncogéniques conducteurs pour lesquels des thérapies ciblées sont disponibles et ils ont peu d’options d’autres traitements.

Les patients avec CBNPC avancé et métastatique, mélanome, cancer colorectal (CCR), et cancer thyroïdien avec des mutations BRAF de Classe I sont éligibles pour recevoir les thérapies ciblées BRAF. Ces médicaments inhibiteurs de RAF sont souvent utilisés en combinaison avec un inhibiteur de MEK, et apportent conjointement un bénéfice clinique important. Néanmoins, en raison de l’apparition fréquente d’une résistance acquise chez beaucoup de ces patients, et par le fait que d’autres tumeurs solides entraînées par les mutations BRAF des Classes I, II, ou III ne sont pas admissibles pour les thérapies ciblées de BRAF, il existe un besoin non satisfait pour le développement de thérapies ciblées BRAF de nouvelle génération. Collectivement, ces patients seront évalués dans l’Étude KN-8701.

L’étude sera menée dans environ 6 centres situés aux États-Unis pour la partie A et étendue à une vingtaine de centres répartis aux États-Unis, en Europe et dans la région Asie-Pacifique pour la partie B.
La partie B vise à évaluer si la dose de KIN-2787 sélectionnée dans la partie A (40 patients) continue à être bien tolérée dans un groupe de patients plus important. La partie B vise également à évaluer si le KIN-2787 peut ralentir ou arrêter la croissance d’une tumeur. 75 patients supplémentaires dont les tumeurs portent certaines mutations du gène BRAF participeront à la partie B à l’échelon mondial.

La Partie B comportera les cohortes suivantes :

  • Cohorte 1 : environ 25 patients atteints d’un CBNPC non résécable et localement avancé (stade III de la classification AJCC) ou métastatique (stade IV de la classification AJCC) exprimant une mutation BRAF de classe II ou III.
  • Cohorte 2 : environ 25 patients atteints d’un mélanome non résécable et localement avancé (stade III de la classification AJCC) ou métastatique (stade IV de la classification AJCC) exprimant une mutation BRAF de classe II ou III.
  • Cohorte 3 : environ 25 patients atteints d’une tumeur solide (autre qu’un CBNPC ou un mélanome) non résécable et localement avancée (stade III de la classification AJCC ou stade comparable dans d’autres systèmes de classification) ou métastatique (stade IV de la classification AJCC) exprimant une mutation BRAF de classe II ou III.

La participation des patients à l’étude comportera cinq parties :

1. Sélection – après signature du formulaire de consentement, des examens
seront réalisés afin de déterminer l’éligibilité du patient pour participer à l’étude. La période de sélection dure jusqu’à 21 jours.

2. Période de traitement de l’étude – si le patient est sélectionné, le médicament expérimental devra être pris chaque jour conformément aux
instructions du médecin investigateur et revenir au centre pour les visites de l’étude à différents moments pendant les cycles de traitement. Chaque cycle de traitement dure 28 jours. Les patients recevront le KIN-2787 en cycles de 28 jours jusqu’à l’apparition d’éléments probants de progression tumorale, d’une toxicité inacceptable ou d’une intolérance au médicament expérimental, jusqu’à l’instauration d’un nouveau traitement systémique pour leur cancer, jusqu’au retrait du consentement, jusqu’à décision de l’investigateur ou du promoteur de ne pas poursuivre.

3. Visite de fin de traitement – dans les 7 jours suivant la dernière dose du médicament expérimental et avant de commencer un nouveau traitement anticancéreux.

4. Visite de suivi de la sécurité – 28 jours après la dernière dose du médicament expérimental ou avant de commencer un nouveau traitement
anticancéreux afin que quelques examens supplémentaires soient effectués pour contrôler l’état de santé général.

5. Période de suivi à long terme – un membre du personnel de l’étude contactera le patient, par exemple par téléphone, toutes les 12 semaines (3 mois) environ pendant une durée allant jusqu’à deux ans afin d’obtenir des informations sur son état de santé.

Pendant la participation à l’étude, les examens et procédures décrits ci-dessous devront être effectués. Un grand nombre d’entre eux entreraient dans le cadre de la prise en charge habituelle du cancer, mais pourront être effectués plus fréquemment en raison de la participation à l’étude. Certains examens et procédures ne sont réalisés qu’en raison de la participation à l’étude. Ils seront différents d’une visite à l’autre, mais un ou plusieurs des examens et procédures ci-dessous seront effectués à chaque visite au centre :

  • Examen clinique avec la mesure de la taille et du poids.
  • Questions à propos du retentissement du cancer sur les activités quotidiennes et l’autonomie du patient.
  • Mesure des signes vitaux, incluant la tension artérielle, la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, la température et la saturation en oxygène.
  • Électrocardiogramme (ECG), un examen qui mesure l’activité électrique du coeur.
  • Prélèvement d’échantillons de sang pour un contrôle de l’état de santé général.
  • Recueil d’un échantillon d’urine pour un contrôle de l’état de santé.
  • Prélèvements d’échantillons de sang pour analyses pharmacocinétiques destinées à évaluer comment le KIN-2787 est dégradé dans l’organisme.
  • Prélèvement d’échantillons de sang pour une recherche sur les biomarqueurs
  • Nouvelle biopsie tumorale pour une recherche sur les biomarqueurs, à la sélection, environ une semaine après la première dose du médicament expérimental et à la sortie de l’étude. Ces biopsies n’entreraient pas dans le cadre de la prise en charge habituelle du cancer et ne seront réalisées que si le médecin investigateur détermine qu’elles peuvent être effectuées sans risque.
  • TDM ou IRM du thorax, de l’abdomen et du pelvis pour localiser et mesurer l’extension du cancer dans le corps. Une TDM ou IRM cérébrale et/ou une scintigraphie osseuse pourront également être réalisées si le médecin investigateur le juge nécessaire. Ces examens seront réalisés toutes les 8 semaines pendant la période de traitement avec le médicament expérimental. Si les examens montrent que le cancer répond au médicament expérimental, il pourra être nécessaire d’effectuer un nouvel examen dès la quatrième semaine suivant les résultats des examens.
  • Enregistrement de toutes les modifications de l’état de santé, des traitements ou des actes médicaux.
  • Test sanguin ou urinaire de grossesse si vous êtes une femme en âge de procréer à l’entrée et à la sortie de l’étude.

Pour pouvoir participer à l’étude, le patient devra également accepter de fournir un échantillon du tissu tumoral conservé (appelé « échantillon archivé ») qui avait été prélevé lors du diagnostic du cancer ou d’une intervention chirurgicale, ou lors d’une biopsie antérieure, qui sera envoyé pour une recherche sur les biomarqueurs.