Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Cancers du sein

Réduction de la durée de l'hormonothérapie chez les femmes post-ménopausées atteintes d'un cancer du sein invasif unilatéral localisé hormono-sensible HR+/HER2- sans indication de chimiothérapie adjuvante à très faible risque de récidive métastatique

Titre de l'étude: 
LESS : Étude à un seul bras de la désescalade de la durée d'hormonothérapie adjuvante chez des femmes présentant un cancer du sein HR+ HER2- à très faible risque de métastase 
Numéro de l'étude: 
CSET 3492
Médecin investigateur: 
Dr Barbara PISTILLI
Indication: 
Cancers du sein RH+
Description: 

L'hormonothérapie (HT) est recommandée pendant cinq ans chez toutes les patientes atteintes d'un cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs, mais il n'existe pas de consensus sur sa durée dans le cas des tumeurs à faible risque et surtout chez les femmes ménopausées. L’HT adjuvante est associée à des effets secondaires importants et à une diminution de la qualité de vie à long terme.

De plus, s'il a été démontré que l'HT apporte un réel bénéfice en réduisant le taux de rechute dans le temps, la détérioration de la qualité de vie peut également avoir un effet négatif sur l'observance des patientes au traitement. Il est donc important de proposer aux femmes atteintes d'un cancer à faible risque des stratégies de traitement moins intensives.

L’objectif de l’étude LESS est de démontrer qu'un traitement adjuvant par HT d'une durée limitée à 2 ans au lieu de 5 ans est toujours associé à un risque faible de récidive métastatique à 5 ans chez une population de femmes post-ménopausées qui est à très faible risque de récidive (c’est-à-dire un risque inférieur à 5 % de récidive métastatique à 10 ans).