Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Essais cliniques

Les essais cliniques

Essais précoces

Étude d’oncobax®-ak administré en association avec une immunothérapie chez des patients atteints de tumeurs solides avancées

Titre de l'étude: 
EV-2101 : étude de phase 1/2 d'oncobax-ak administré en association avec une immunothérapie chez des patients atteints de tumeurs solides avancées
Numéro de l'étude: 
CSET 3502
Médecin investigateur: 
Pr Fabrice BARLESI
Indication: 
Cancer bronchique NPC, Cancer du rein
Description: 

Au cours de cette recherche, Oncobax®-AK sera étudié dans le cadre de la résistance au traitement par immunothérapie du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC – « cancer du poumon ») et du carcinome à cellules rénales (CCR – « cancer du rein »).

Selon de récentes études, certains microbes vivant dans l’intestin peuvent influencer la façon dont le cancer réagit à l’immunothérapie. Par exemple, les patients atteints du même type de cancer présentent une résistance plus importante à l’immunothérapie lorsque certaines bactéries, appelées Akkermansia, ne sont pas présentes dans leurs selles.

Oncobax®-AK, un médicament constitué à base de bactéries vivantes, a été conçu pour délivrer ces Akkermansia dans votre intestin. Oncobax®-AK se présente sous la forme d’une gélule contenant ces bacteries.

L’hypothèse de cet essai clinique est qu’Oncobax®-AK améliorera l’efficacité de l’immunothérapie chez les patients atteint d’un CPNPC ou d’un CCR et qui présentent une carence en Akkermansia au niveau de leur intestin.

C’est la première fois que l’Oncobax®-AK sera administré chez l’homme.

Les visites de l’étude auront lieu environ toutes les 3 semaines, au moment de la visite sur le site pour recevoir le traitement par immunothérapie.

La participation à la recherche s’étendra sur une durée maximale de 26 mois