Informations pratiques

Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

> Patients Internationaux

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

UMR 9196

Heads of unit
Dr. Thierry Heidmann
Email

Contacts
Seila Chap
 +33 (0)1 42 11 54 33
Email

Pavillon de recherche 2, Niveau 3
pièce 378

Frise de présentation (bandeau): 
UMR 9196

Equipe Rétrovirus endogènes et éléments rétroïdes des eucaryotes supérieurs

L'équipe s’intéresse aux rétroéléments et plus particulièrement aux rétrovirus infectieux et endogènes humains. Nous avons identifié un domaine très conservé porté par les protéines d’enveloppe de ces éléments, qui possèdent des propriétés immunosuppressives et jouent un rôle essentiel dans :

  • la capacité des rétrovirus à envahir leur hôte,
  • la capacité des cellules tumorales à échapper à la réponse immune antitumorale, et
  • la formation de la barrière materno-foetale du placenta des mammifères.

Cette activité de recherche, à la jonction de la virologie, l’oncologie, l’immunologie et le développement permettent d’engager de nouvelles approches vaccinales et thérapeutiques, prenant en compte les propriétés des domaines identifiés.

L’année 2009 a été marquée par l’identification du domaine immunosuppresseur porté par les rétrovirus oncogéniques murins (MLV) et humains (HTLV, XMRV), et de mutations spécifiques permettant d’augmenter très significativement l’immunogénicité des antigènes viraux, autorisant ainsi le développement d’approches vaccinales originales. Le rôle des protéines d’enveloppe des rétrovirus endogènes dans la placentation a par ailleurs été démontré de manière inambigüe grâce au développement de souris knock-out pour ces gènes.

Perspectives 

  • Caractérisation au niveau moléculaire et cellulaire des mécanismes d’immunosuppression des rétrovirus infectieux et endogènes humains.
  • Impact de la fonction immunosuppressive sur :
  • la virémie des rétrovirus humains pathogènes (HTLV, XMRV, HIV),
  • la progression tumorale et l’échappement à la réponse immune antitumorale (modèles mélanome, cancer de la prostate, cancer du sein),
  • la placentation et la tolérance materno-foetale (homme, souris knockout et knock-in, autres mammifères).
  • Développement d’approches vaccinales et thérapeutiques dirigées contre ces domaines.
Catégorie de la page: