Informations pratiques

Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

> Patients Internationaux

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Epidémiologie des radiations, épidémiologie clinique des cancers et survie

Directeur
Dr Florent de Vathaire
Tél. : + 33 (0)1 42 11 54 57

Bâtiment de médecine moléculaire, Niveau 0

Envoyer un e-mail
Frise de présentation (bandeau): 
Epidémiologie des radiations, épidémiologie clinique des cancers et survie

Equipe Epidémiologie des radiations, épidémiologie clinique des cancers et survie

Cette équipe est rattachée à l’UMR 1018/CESP

L'équipe concentre ses travaux sur l'épidémiologie des cancers, et plus particulièrement sur l'épidémiologie des effets des rayonnements ionisants, des effets iatrogènes à long terme des traitements anticancéreux et sur le devenir des patients traités pour un cancer ou une tumeur.

Depuis plusieurs années, l'équipe constitue et suit des cohortes de sujets exposés à des niveaux de doses très variables de rayonnements ionisants : cohorte ANGIO (cohorte d’enfants traités par radiothérapie pour un hémangiome), cohorte TOMENF (cohorte d’enfants exposés à des examens scanners), VENUS (cohorte de patients traités pour un cancer de la thyroïde), SURVSEIN (cohorte de femmes traitées pour un cancer du sein), TRAVNUCL (cohorte de travailleurs des entreprises contractantes de l’industrie nucléaire française).

L'équipe est également impliquée dans la réalisation d'études cas-témoins:

  • étude cas-témoins sur le risque de cancer de la thyroïde à Cuba,
  • étude cas-témoins sur le cancer de la thyroïde en Polynésie française,
  • étude cas-témoins sur les facteurs de risque du cancer différencié de la thyroïde chez le sujet jeune dans l'Est de la France

La cohorte principale de l’équipe est la French Childhood Cancer Survivors Study (FCCSS), cohorte nationale de 20 000 sujets traités avant l'an 2000 pour un cancer de l’enfant. La FCCSS est l’extension de la partie française de la cohorte historique EURO2K et est une composante du projet Hope-épi (Programme Investissement d’Avenir). Le rôle de la radiothérapie et de la chimiothérapie sur le devenir des enfants traités pour un cancer solide est réalisé par l’envoi d’auto-questionnaire, la mise en place de consultations de suivi et l’estimation des doses reçues dans et à distance des champs d'irradiation durant les radiothérapies. BIOF est la banque biologique, constituée d'échantillons de salive et de sang, réalisée chez les survivants de la FCCSS. L'objectif de BIOF est d'étudier les facteurs génétiques qui pourraient faciliter l'apparition de pathologies iatrogènes, chez certains patients traités pour un cancer dans l'enfance, du fait d'une susceptibilité accrue aux traitements anticancéreux.

En parallèle, l'équipe conçoit des logiciels permettant de reconstituer les radiothérapies et d'estimer les doses reçues dans et à distance des champs d'irradiation durant ces radiothérapies. L'étude du devenir des sujets traités pour un cancer, et plus particulièrement des enfants, est devenue durant les 5 dernières années le champ de recherche principal de l'équipe.

En 2014, l'équipe a initié la cohorte nationale LUCIE, qui va suivre 100 00 femmes portant ou ayant porté des implants mammaires (dont 30 000 femmes porteuses d'implants du fabricant PIP) afin d'étudier l’impact sanitaire, psychologique et social du port des prothèses mammaires.

 

Perspectives

Notre principal projet à court terme est l’achèvement de la cohorte nationale FCCSS d’enfants guéris d’un cancer de l’enfant et de la banque biologique BIOF associée. Nous allons également exploiter les données du SNIIR-AM pour continuer à étudier le devenir médical de cette cohorte. Notre objectif est également de poursuivre l’analyse des différentes cohortes que nous avons constituées et l'achèvement et la validation clinique du nouveau logiciel spécifique pour l’estimation des doses à distance des champs de radiothérapie externe.

En 2014, le nombre de sujets de l'étude cas-témoins sur le cancer de la thyroïde en Polynésie française va être étendu à environ 450 cas et 550 témoins. Des analyses génomiques, l’étude de la méthylation de l’ADN et l'étude de la signature moléculaire seront réalisées avec le CNG, le CNRS et le CEA. Une nouvelle reconstruction de la dose de radiation reçue à la thyroïde sera réalisée avec l'IRSN en utilisant les rapports des services en charge de la radioprotection lors des essais nucléaires.

Catégorie de la page: