Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Cancer de la peau

Responsable
Pr Caroline Robert

Contact
Tél. : +33 (0)1 42 11 42 10
Fax : +33 (0)1 42 11 50 02

Envoyer un e-mail
Frise de présentation (bandeau): 
Cancer de la peau

Traitement du mélanome

Chirurgie

Le traitement est chirurgical : une exérèse large, dont les marges sont fonction de l'épaisseur du mélanome. Le mélanome est retiré dans un premier temps ; une fois les résultats de l'analyse histologique obtenus (et notamment de l'épaisseur du mélanome), la reprise d'exérèse avec des marges saines adaptées est réalisée.

L'analyse du ganglion sentinelle (ganglion lymphatique dans lequel confluent les vaisseaux lymphatiques correspondant à la zone où s'est développé le mélanome) peut être réalisée pour les mélanomes d'épaisseur supérieure à 1 mm. En cas de présence de cellules cancéreuses dans le ganglion sentinelle, on propose de moins en moins souvent une chirurgie complémentaire, mais plutôt un traitement médical adjuvant par thérapie ciblée ou immunothérapie pour diminuer le risque de récidive.

La surveillance est clinique, avec examen complet et éducation du patient à l'auto-dépistage d’un nouveau mélanome ou d'une récidive.

En cas de récidive locale cutanée ou ganglionnaire

Il est préconisé de réaliser :

  • un bilan d'extension clinique et radiologique (scanner cérébral, thoracique et abdomino-pelvien)
  • un traitement chirurgical
  • une chimiothérapie sur membre isolé peut être discutée : pour les mélanomes des membres, elle permet des réductions tumorales objectives dans 45 à 80% des cas

En cas de métastase à distance

En cas de métastase unique opérable, une chirurgie est discutée. En cas de métastase inopérable ou multiples, un traitement médicamenteux doit être mis en place. Il faut tout d'abord réaliser une recherche de mutation génétique portant sur le gène "BRAF".

  • En cas de mutation de BRAF, une thérapie ciblée associant deux médicaments (anti-BRAF et anti -MEK) peut être proposée. Le traitement repose sur l'administration de deux médicaments, un anti-BRAF et un anti-MEK. Ce traitement, qui se prend par voie orale, permet une réduction importante des métastases chez plus de 60% des patients et augmente significativement la durée de vie des patients. De nombreux nouveaux médicaments sont à l'étude dans le cadre d'études cliniques pour lutter contre les résistances qui apparaissent en général après un an de traitement.
  • Un traitement par immunothérapie peut aussi être proposé. Ce traitement a pour objectif de stimuler la réponse immunitaire contre le mélanome.
  • S'il n'y a pas de mutation de BRAF, une immunothérapie sera proposée.

La radiothérapie est proposée essentiellement dans les localisations cérébrales et osseuses. La radiothérapie stéréotaxique donne de bons résultats sur certaines métastases cérébrales.

Si le patient le souhaite, on pourra souvent lui proposer une inclusion dans un essai clinique lorsqu'il est éligible. Cela permet de lui proposer des traitement innovants qui ne sont pas encore disponibles.

Traitement du carcinome épidermoïde

Le traitement de première intention est chirurgical. Le carcinome épidermoïde doit être enlevé en totalité, avec des marges de tissu sain tout autour de la tumeur. Une reconstruction peut donc s'avérer nécessaire par la suite.

Si la chirurgie n'est pas réalisable, une radiothérapie peut être proposée ainsi qu'une chimiothérapie voire une chimiothérapie sur membre perfusé isolé.

En cas de métastases ganglionnaires, le traitement associe un traitement chirurgical et une radiothérapie.

En cas de forme inopérable ou métastatique, on peut maintenant proposer des immunothérapies, qui sont plus efficaces et moins toxiques que les chimiothérapies.

Traitement du carcinome basocellulaire

Le traitement chirurgical est toujours privilégié. Lorsque le carcinome basocellulaire est mal limité ou situé sur certaines zones difficiles à reconstruire, un examen extemporané (c'est-à-dire une analyse au microscope du fragment retiré pendant l'intervention) ou une chirurgie en deux temps (exérèse puis reconstruction) sont souhaitables afin de s'assurer que l'exérèse a été complète avant de refermer. Lorsque la chirurgie n'est pas possible, un traitement ciblé, le vismodégib (traitement oral) donne de bons résultats. Une radiothérapie peut aussi être proposée.

Le vismodégib est également proposé pour les cas rares de carcinomes basocellulaires métastatiques.

En cas d’echec du vismodegib, les immunothérapies sont en cours d'expérimentation et donnent aussi de bons résultats. Elles ne sont pas encore facielemtn accessibles en dehors des essais cliniques.

Pour les carcinomes basocellulaires superficiels, des traitements locaux sont également possibles. Il s'agit de la photothérapie dynamique, de l'application d'une crème: l'imiquimod ou ALDARA®, d'une chimiothérapie locale (5-FU, EFUDIX®) ou encore de la cryothérapie (destruction par le froid).

Catégorie de la page: