Informations pratiques

Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

> Patients Internationaux

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Epidémiologie des radiations, épidémiologie clinique des cancers et survie

Directeur
Dr Florent de Vathaire
Tél. : + 33 (0)1 42 11 54 57

Bâtiment de médecine moléculaire, Niveau 0

Envoyer un e-mail
Frise de présentation (bandeau): 
Epidémiologie des radiations, épidémiologie clinique des cancers et survie

Equipe Epidémiologie des radiations, épidémiologie clinique des cancers et survie

Cette équipe est rattachée à l’UMR 1018/CESP

L'équipe concentre ses travaux sur l'épidémiologie des cancers, et plus particulièrement sur l'épidémiologie des effets des rayonnements ionisants, des effets iatrogènes à long terme des traitements anticancéreux et sur le devenir des patients traités pour un cancer ou une tumeur. L’équipe développe aussi une thématique dédiée à l’intégration de l’épidémiologie moléculaire dans ses travaux

La cohorte principale de l’équipe est la French Childhood Cancer Survivors Study (FCCSS), cohorte nationale multicentrique de sujets traités avant l'an 2000 pour un cancer de l’enfant (cancers solides et lymphomes). L’objectif principal de la cohorte FCCSS est d’étudier l’ensemble du devenir à long terme des enfants et adolescents traités pour un cancer. Plus précisément, les recherches menées au travers de la cohorte vise à :

  • Identifier et quantifier les effets à long terme des traitements,
  • Identifier et quantifier les facteurs de risque* associés à ces effets à long terme, afin d’être en mesure de réduire les risques induits par les traitements, en les personnalisant,
  • Identifier les susceptibilités individuelles d’ordre génétique pouvant influencer la survenue d’effets à long terme,
  • Analyser l’impact des traitements sur les aspects non médicaux de la vie (qualité de vie, scolarité, emploi, vie familiale…)

* Les facteurs de risque sont collectés à partir de multiples sources : envoi d’auto-questionnaire, données de l’assurance maladie, consultations de suivi et estimation des doses reçues dans et à distance des champs d'irradiation durant les radiothérapies. BIOF est la banque biologique, constituée d'échantillons de salive et de sang, réalisée chez les survivants de la FCCSS. L'objectif de BIOF est d'étudier les facteurs génétiques qui pourraient faciliter l'apparition de pathologies iatrogènes, chez certains patients traités pour un cancer dans l'enfance, du fait d'une susceptibilité accrue aux traitements anticancéreux. Pour en savoir plus

En parallèle, l'équipe conçoit des logiciels permettant de reconstituer les radiothérapies et d'estimer les doses reçues dans et à distance des champs d'irradiation durant ces radiothérapies. L'étude du devenir des sujets traités pour un cancer, et plus particulièrement des enfants, est devenue durant les 5 dernières années le champ de recherche principal de l'équipe.

Depuis plusieurs années, l'équipe constitue et suit d’autres cohortes de sujets exposés à des niveaux de doses très variables de rayonnements ionisants : cohorte ANGIO (cohorte d’enfants traités par radiothérapie pour un hémangiome), cohorte TOMENF (cohorte d’enfants exposés à des examens scanners), VENUS (cohorte de patients traités pour un cancer de la thyroïde), SURVSEIN (cohorte de femmes traitées pour un cancer du sein), TRAVNUCL (cohorte de travailleurs des entreprises contractantes de l’industrie nucléaire française).

L'équipe est également impliquée dans la réalisation d'études cas-témoins:

  • étude cas-témoins sur le risque de cancer de la thyroïde à Cuba,
  • étude cas-témoins sur le cancer de la thyroïde en Polynésie française,
  • étude cas-témoins sur les facteurs de risque du cancer différencié de la thyroïde chez le sujet jeune dans l'Est de la France

Perspectives

L’objectif principal des travaux de l’équipe est de développer des modèles et des outils pour prédire les risques iatrogènes liés aux radiations, en tenant en compte les données cliniques, thérapeutiques, biologiques et génétiques.

 

Catégorie de la page: