Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Dossier

Dépister plus tôt le cancer du pancréas pour mieux le guérir

Le cancer du pancréas est le 2e cancer digestif le plus fréquent. D’un pronostic sombre, il est souvent diagnostiqué à un stade inopérable et est donc extrêmement difficile à soigner dans 90 % des cas. Un des projets du Centre National de Médecine de Précision PRISM a pour objectif de dépister plus précocement les cancers du pancréas pour augmenter significativement les chances de guérison des patients. À terme, 100 000 vies pourraient être sauvées chaque année dans le monde.

Avec plus de 14 000 cas diagnostiqués en France chaque année*, le cancer du pancréas est le deuxième cancer digestif le plus fréquent après le cancer colorectal. À l’échelle mondiale, cette maladie est à l’origine de 400 000 décès annuels. Avec une incidence en augmentation, on estime que ce cancer sera la 2e cause de mortalité par cancer dans notre pays à l’horizon 2030. Aujourd’hui, la grande majorité des tumeurs pancréatiques sont diagnostiquées trop tardivement. En effet, la maladie peut évoluer de manière silencieuse pendant 10 ou 15 ans sans qu’aucun signe ne la laisse présager. Lorsque les symptômes se manifestent, le cancer est déjà à un stade avancé et souvent inopérable. À l’heure actuelle, ces cancers très agressifs et très complexes ne bénéficient que de très peu d’alternatives thérapeutiques. Pourtant, s’ils sont détectés suffisamment tôt, ils peuvent être guéris dans 80 % des cas. C’est pourquoi le projet PRISM a pour objectif de développer un test de dépistage précoce afin d’augmenter significativement les chances de guérir la maladie.

* Données INCa 2018

Cancer du pancréas - diagnostic

3 ans pour mettre au point un test de détection précoce du cancer du pancréas

L’équipe en charge du projet s’est donné 3 ans pour concevoir une nouvelle méthode de détection précoce du cancer du pancréas en identifiant sa signature moléculaire. L’ambition est de disposer à terme d’un diagnostic fiable grâce à une simple prise de sang ou un prélèvement urinaire.

La première étape du projet consistera à analyser le profil moléculaire de 200 tumeurs du pancréas à un stade très précoce et à les comparer aux analyses d’un groupe de personnes sans tumeur. Cette analyse permettra d’identifier les anomalies  spécifiques du cancer du pancréas afin d’établir sa signature moléculaire. Ensuite, les chercheurs pourront vérifier si ces anomalies existent dans le plasma et les urines des patients pour lesquels l’analyse tumorale a été réalisée et ainsi valider la possibilité de disposer d’un outil de diagnostic par ces moyens.

La deuxième étape, sous réserve de bonnes performances de la première, consistera à analyser le profil moléculaire de 200 nouveaux patients présentant un cancer du pancréas et de 200 volontaires sans cancer. Si ces analyses confirment les performance s du test diagnostique, une étude visant à valider le bénéfice de ce test de dépistage sur la mortalité des personnes testées sera réalisée. Au total, 2,1 millions d’euros seront nécessaires pour mener à bien ce projet sur une durée de 3 ans. En cas de succès, une véritable révolution pourrait être initiée dans la prise en charge du cancer du pancréas. Dépistée plus tôt et donc plus facilement opérable, cette maladie ne serait alors plus synonyme d’impasse thérapeutique, comme c’est le cas aujourd’hui pour 100 000 personnes dans le monde chaque année.

Chacun d’entre nous a ou aura dans les prochaines années un proche touché par le cancer du pancréas.

Dr Antoine Hollebecque

 

Le cancer du pancréas a une incidence qui augmente avec un pronostic qui est malheureusement sombre. Chacun d’entre nous a ou aura dans les prochaines années un proche touché par cette maladie. Plus de 90 % des cancers du pancréas sont diagnostiqués à un stade non opérable où les patients ne peuvent être guéris. L’objectif de ce projet PRISM dédié au cancer du pancréas est de développer une signature moléculaire, c’est-à-dire des gènes impliqués dans cette maladie pour faire le diagnostic le plus précocement possible.

 

Dr Antoine Hollebecque, oncologue digestif au sein du département de l’Innovation thérapeutique et des essais précoces.

Les symptômes du cancer du pancréas

Une maladie silencieuse aux symptômes tardifs :

  • Dépression
  • Fatigue intense
  • Jaunisse
  • Nausées
  • Amaigrissement rapide
  • Douleurs abdominales
  • Troubles du transit intestinal
  • Douleur au milieu du dos
  • Diabète d’apparition récente sans prise de poids
  • Thrombose veineuse profonde

 

 

 

Le cancer du pancréas en chiffres

400 000 cas dans le monde par an :

Icônedont 14 000 en France

2e cancer digestif le plus fréquent

4e cause de décès par cancer

 

Pour aller plus loin :

► La prise en charge du cancer du pancréas

► Le programme médico-scientifique PRISM

► Soutenir le programme PRISM

Catégorie de la page: