Informations pratiques

Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

> Patients Internationaux

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

01/10/2018

Octobre Rose, mois de mobilisation contre le cancer du sein

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. En France, 59 000 nouveaux cas ont été recensés en 2017. Bien que les traitements aient considérablement amélioré son pronostic au cours des dernières décennies, le cancer du sein tue encore de nombreuses femmes lorsqu'il est détecté à un stade avancé. C'est pourquoi la prévention et le dépistage du cancer du sein font l'objet de plusieurs programmes de recherche ambitieux à Gustave Roussy.

Mieux dépister, pour mieux soigner

Parmi eux, l'étude MyPeBS (My Personal Breast cancer Screening) vise à évaluer les bénéfices d’un dépistage dont la fréquence serait adaptée au risque individuel de cancer du sein de chaque femme. Pilotée par le Dr Suzette Delaloge, chef du comité de pathologie mammaire de Gustave Roussy, et coordonnée par Unicancer, cette étude d'envergure inclura 85 000 femmes en Europe, dont 20 000 en France, à partir du 1er décembre 2018.

Le risque de cancer du sein des participantes sera calculé à partir de différentes données propres à chacune, comme l'âge, les antécédents familiaux de cancer, le statut hormonal, la densité mammaire, mais aussi le génotype (analyse d'ADN par un test salivaire). Ce calcul de risque est le fruit d'une collaboration de plusieurs années entre les équipes de Gustave Roussy, les équipes de recherche Inserm "Générations et Santé" et "Oncostat", et la start-up Statlife, qui a permis d'identifier les facteurs de risque associés à la survenue des cancers du sein chez les femmes françaises, en particulier les facteurs modifiables associés aux cancers graves.

En fonction du niveau individuel de risque établi pour chaque femme, la fréquence des mammographies à réaliser pour le dépistage sera adaptée : plus le risque sera élevé, plus la fréquence sera importante. Ceci devrait permettre de détecter le plus tôt possible un cancer du sein chez les femmes les plus à risque et de diminuer l’exposition des femmes qui sont le moins à risque aux effets délétères des mammographies (faux-positifs, sur-diagnostics, sur-traitements, anxiété inutile, etc.).

"Si nous parvenons à prouver la pertinence médicale du dépistage personnalisé, son acceptabilité par les femmes, sa soutenabilité économique, alors MyPeBS permettra d’unifier les pratiques européennes dans une large refonte du dépistage du cancer du sein. Et nous espérons que cela permettra de sauver plus de femmes", résume le Dr Suzette Delaloge.

► Plus d'informations sur l'étude MyPeBS

Vers une prévention personnalisée

Parallèlement, Gustave Roussy poursuit ses recherches pour identifier des méthodes de dépistage le plus précoce possible. Une étude appelée DeePIST sera notamment lancée en 2019, pour démontrer que l'ADN circulant peut permettre de dépister la survenue d'un cancer plusieurs mois à plusieurs années auparavant, à l'aide d'une simple prise de sang. L'étude recrutera 7 500 volontaires en France, identifiés par leur médecin de ville comme ayant un risque élevé de cancer du sein, du colon ou du poumon. 

Au-delà du dépistage initial, le programme MyProbe, piloté par le Pr Fabrice André de Gustave Roussy, s'attache quant à lui aux risques de récidive du cancer du sein. Il a pour objectif de développer des outils efficaces pour identifier les risques élevés de rechute du cancer du sein et ainsi réduire l’utilisation de traitements supplémentaires. MyProbe fait partie des lauréats du 3e appel à projets "Recherche Hospitalo-Universitaire en santé" (RHU) du programme Investissements d’avenir, qui soutient des projets de recherche innovants et de grande ampleur dans le domaine de la santé.

L'évolution des traitements du cancer du sein 

Les traitements du cancer du sein ont beaucoup progressé ces dernières décennies, permettant aujourd'hui de le guérir dans 85% des cas. Le Dr Suzette Delaloge fait le point sur ces évolutions et sur les nouvelles orientations en la matière :

Pour soutenir la recherche sur le cancer du sein

Grâce à vos dons, vous pouvez accélérer la recherche sur le cancer du sein menée à Gustave Roussy :

► Faire un don contre le cancer du sein