Informations pratiques

Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

> Patients Internationaux

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses malignes sont rares et constituent 6 à 10% de l'ensemble des cancers de l'enfant et de l'adolescent. Selon le registre français, le nombre de nouveaux cas annuels est estimé à 5,5 par million d’habitants de moins de 15 ans. Les deux principaux types de tumeur osseuse maligne chez l'enfant sont l'ostéosarcome et la tumeur d'Ewing. Elles constituent environ 90% de l'ensemble des tumeurs osseuses malignes. Les 10% restant se répartissent entre des tumeurs très rares : le chondrosarcome, l'adamantinome, le chordome et les lymphomes osseux.
Les progrès de l'imagerie, le développement du traitement multidisciplinaire avec l'utilisation d'une chimiothérapie première et de traitements chirurgicaux conservateurs ont considérablement amélioré la survie ainsi que les résultats fonctionnels à long terme pour les enfants touchés par ces tumeurs.

Diagnostic

Le principal signe d'appel des tumeurs osseuses est la douleur. D'intensité variable, permanente ou transitoire, elle est le plus souvent localisée à la zone tumorale mais peut-être projetée : des lésions du bassin peuvent être révélées par des douleurs du genou, de même une tumeur vertébrale peut-être à l'origine d'une compression d’une racine nerveuse, souvent traduite par une sciatique.
Il importe de ne pas négliger cette symptomatologie douloureuse inhabituelle chez l'enfant et l'adolescent. En particulier, les douleurs de la colonne vertébrale et plus encore les sciatiques sont anormales chez l'enfant et l'adolescent et doivent toujours être explorées.

Les autres signes dépendent de l’atteinte des organes de voisinage :

  • Les lésions du sacrum ou du bassin peuvent évoluer sans douleur jusqu'à provoquer des troubles moteurs, de la miction ou de la défécation, par compression nerveuse ou mécanique.
  • Une tumeur d'une côte qui se développe uniquement dans le thorax se manifeste par des troubles respiratoires ou par un épanchement dans la plèvre.
  • Une tumeur vertébrale peut se manifester par des signes de compression de la moelle épinière ou d’une racine nerveuse.

La perception d'une masse est inconstante. Elle n'est pas spécifique des tumeurs malignes et peut se voir dans certaines tumeurs bénignes. A la différence des ostéosarcomes, les tumeurs d’Ewing s'accompagnent de tumeurs des parties molles, souvent volumineuses, en particulier lorsqu'elles sont localisées aux os plats.

Catégorie de la page: