Informations pratiques
Adresse

Gustave Roussy
114, rue Édouard-Vaillant
94805 Villejuif Cedex - France

Standard

Tel : +33 (0)1 42 11 42 11

Urgences

Gustave Roussy n'assure que les urgences des patients pris en charge à l'Institut.
Urgences uniquement : +33 (0)1 42 11 50 00

GUSTAVE ROUSSY
1er centre de lutte contre le cancer en Europe, 3 000 professionnels mobilisés

Guérir le cancer de l'enfant au 21e siècle

Contact
Anne-Sophie de Boissard
Tél.: +33 1 42 11 54 74

Envoyer un e-mail
Frise de présentation (bandeau): 
Guérir le cancer de l'enfant au 21e siècle

Mieux vivre après un cancer de l'enfant est l'un des axes de la campagne de levée de fonds Guérir le Cancer de l'Enfant au 21e siècle.

Mieux VivreMieux Vivre après un cancer     

Comprendre, dépister et prévenir les complications tardives
des traitements du cancer de l'enfant et de l'adolescent.

En France, près de 50 000 personnes de plus de 15 ans sont guéris d'un cancer pédiatrique, après des traitements intensifs et complexes, associant chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie. On constate des séquelles et des complications tardives chez deux tiers des patients guéris. En effet, parmi ces effets à long terme, les insuffisances cardiaques, les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux impactent de façon sévère la vie des adultes guéris d'un cancer pédiatrique et sont responsables d'environ 15% de la mortalité tardive (non liée au premier cancer).

En janvier 2012, Gustave Roussy a créé en France la première Consultation de Suivi pour adultes guéris d'un cancer pédiatrique. En cinq ans, 1 200 patients ont été reçus en consultation. Pour 15 à 20% d'entre eux, une complication a été dépistée nécessitant un traitement.

Objectif :

Créer une équipe de recherche transdisciplinaire, clinique et biologique "Complications à long terme  des traitements du cancer chez l'enfant" pour comprendre, dépister et prévenir les complications tardives, avec deux axes de recherche :

  • les complications tardives vasculaires pour mettre en place un dépistage précoce et développer des traitements afin d'en réduire la sévérité, voire les prévenir.
  • Les complications tardives des nouveaux médicaments qui seront introduits dans les traitements standards dans les prochaines années pour identifier tôt ce que sont ces séquelles et les prendre en charge.

Budget du projet : 1.8 millions d’euros
Budget engagé : 0.8 millions d’euros
Calendrier du projet : 2018 – 2019

Essai COROCAN

Lancé en juin 2018, cet essai clinique a pour objectif de valider le dépistage précoce des complications cardio-vasculaires chez les patients guéris d’un cancer pédiatrique en utilisant le score calcique. L’essai COROCAN est conduit en partenariat avec l’équipe de cardiologie de l’Hôpital Bichat Beaujon et prévoit de recruter 300 patients d’ici 2020. Un an après  son lancement, 100 patients y sont inclus et 4 à 5 sont recrutés toutes les semaines.

Projet « Moins d’un an »

Sur une cohorte composée de 796 patients traités avant l’âge d’un an et qui étaient vivants 5 ans  après le diagnostic, ce projet ambitionne de décrire le devenir à l’âge adulte de ces enfants suivis à Gustave Roussy entre 1946 et 2000.
La rédaction de l’article présentant les conclusions de cette étude est en cours pour une soumission fin 2019.

Projet « Neuroblastome »

Ce projet  à pour mission de décrire le devenir à long terme des enfants vivants à 5 ans après le diagnostic de neuroblastome. Les résultats de l’analyse ont été présentés à l’ASCO2 et le seront au congrès de la SIOP3 en octobre 2019.

2 nouveaux projets vont également être financés grâce à la campagne :

  • Comprendre pourquoi certains patients ne se rendent pas à la Consultation de Suivi à Long Terme.
  • Analyser les complications thyroïdiennes

Identifier et dépister précocement les risques de complications pour améliorer la guérison

Dr Brice FRESNEAU Pédiatre Oncologue dans le département de Pédiatrie à Gustave Roussy"De nouveaux traitements (thérapies ciblées et immunothérapie) sont développés pour guérir les enfants qui sont en échec des traitements standards. La tolérance à long terme de ces nouveaux médicaments n’est pas connue."

Dr Brice Fresneau, Pédiatre oncologue à Gustave Roussy

 

 

Les explications en vidéo

Je fais un don

 

Catégorie de la page: